La Poste: 90% des Français opposés à la privatisation

G. G. avec AFP

— 

"Plus de 90% ont voté non", en réponse à la question "Le gouvernement veut changer le statut de La Poste pour la privatiser, êtes-vous d'accord avec ce projet?", affirme les organisateurs de la "votation citoyenne" sur l'avenir de la Poste.

Deux millions de Français ont participé à la "votation citoyenne" portant sur le changement de statut de la Poste, selon les organisateurs. "Cette votation est un succès historique", a noté dans un communiqué le comité qui regroupe une soixantaine de partis, associations et syndicats (pas la CFDT). "Nous attendons évidemment du gouvernement qu'il décide le retrait du projet de loi et qu'il lance un débat national dont le point d'orgue serait un référendum officiel", a ajouté le comité dans ce communiqué. *

Appel au référendum

Jean-Luc Jacques (CFTC Poste) a indiqué à l'AFP qu'"on s'orientait vers une autre journée nationale de mobilisation qui pourrait prendre la forme d'une manifestation un samedi", Pierre Khalfa (Solidaires) confirmant qu'une "manifestation un samedi n'était pas exclue pour permettre à la population de s'exprimer". La décision reviendra au comité. Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre, ainsi que la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, ont accusé les organisateurs de "manipulation".

La Constitution prévoit que le président de la République peut soumettre au référendum tout projet de loi portant sur des réformes relatives à la politique économique et aux services publics qui y concourent. Le droit au référendum d'initiative populaire, introduit en 2008, n'est en revanche pas possible, faute de texte d'application, en l'espèce une loi organique.

La Poste, pas encore privatisée

Le texte de loi doit être discuté au Sénat prochainement, introduit un changement de statut de la Poste. L'entreprise publique deviendra une société anonyme. Mais le texte garantit aussi que le capital de la Poste restera public et les missions de services publics de la Poste.

Le changement de la forme juridique de la Poste est nécessaire à une augmentation de capital explique le projet de loi. L'Etat avec la Caisse des dépôts et consignation apportera 2,7 milliards à la Poste pour qu'elle puisse se préparer à l'ouverture totale du marché postal en Europe avant le 31 décembre 2010.

Les syndicats estiment que le projet de loi cache en réalité une privatisation rampante de la Poste, en rappelant notamment le cas de France Télécom.