Lourde chute des investissements directs à l'étranger en 2009

E24 avec AFP

— 

Les flux des investissements directs à l'étranger devraient s'effondrer de près de 30% cette année avant de se reprendre "lentement" en 2010, selon une étude de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) publiée ce jeudi.

Déjà, dans son rapport 2008, la Cnuced remarquait que les flux d'IDE avaient atteint un niveau record en 2007 (1.979 milliards de dollars) et qu'ils étaient orientés à la baisse. La tendance s'est non seulement confirmée, mais accélérée du fait de la crise.

En 2009, les flux d'investissements directs (IDE) devraient atteindre 1.200 milliards de dollars (822,20 milliards d'euros), contre 1.697 milliards en 2008, ce qui représente une chute de 29,41%.

1.800 milliards en 2011

A moyen terme, la Cnuced se montre plus optimiste et s'attend à ce que ces flux remontent à 1.400 milliards en 2010, puis à 1.800 milliards en 2011.

Mais pour 2009, la morosité reste de mise. "En raison de la crise économique et financière, les perspectives pour les IDE restent sombres", relève l'organisme onusien dans son rapport annuel.

Selon les premières données recueillies en 2009 auprès de 96 pays, les IDE ont même dégringolé de 44% au premier trimestre, en comparaison annuelle.

La crise

Les difficultés auxquelles ont été confrontées les établissements financiers les ont poussés à revoir à la baisse leurs dépenses et donc leurs investissements, explique le rapport, faisant référence à

Lehman Brothers
, American International Group,
Fortis
,
Dexia
ou encore
Merrill Lynch
.

Plus généralement, la réduction des profits enregistrés par les grandes multinationales a provoqué des coupes dans les IDE.

Sondage

Ainsi un sondage réalisé par la Cnuced auprès des dirigeants de multinationales montre que 85% d'entre eux affirment que "la récession économique mondiale les a amenés à réviser à la baisse leurs projets d´investissements à l'étranger".

Mais tout, comme la Cnuced, les chefs d'entreprises envisagent l'avenir avec plus d'optimisme, au regard notamment des potentiels de croissance de certains pays en voie de développement et des économies en transition. La moitié des patrons consultés estiment d'ailleurs que leurs dépenses en IDE dépasseront en 2011 les niveaux de 2008.

L'arrivée d'une nouvelle vague de fusions et acquisitions devrait également permettre aux flux d'IDE de se relever ces prochaines années, selon les prévisions de la Cnuced.

Cette amélioration devrait être provoquée par la reprise économique mondiale et par la cession des participations financières des gouvernements dans certaines entreprises et établissements financiers actuellement en difficulté.