Rocard: "deux ou trois décennies" pour sortir de la crise

E.M. avec AFP

— 

L'ancien Premier ministre socialiste français Michel Rocard ne voit pas la fin de la crise avant un petit moment. Il prévoit que "deux ou trois décennies" seront nécessaires pour en sortir définitivement.

"Nous mettrons deux ou trois décennies pour sortir de cette crise", assure M. Rocard dans une interview au Nouvel Observateur à paraître jeudi. "Il va falloir encore quelques convulsions pour tirer pleinement les conséquences de ce que nous vivons".

"Le modèle capitaliste a connu une révolution depuis trente ans. Et c'est cela qui est remis en cause". Selon lui, "on a cassé le moteur salaire de la croissance! Les actionnaires ont pris le pouvoir", évoquant le fait qu'ils ont "exigé une rentabilité beaucoup plus élevée des entreprises".

"Penser autrement"

Pour lui, la crise "impose de penser autrement. Mais il y en a pour vingt ans. Les nouvelles explosions du détonateur financier vont aggraver le désarroi et le niveau de chômage. Et accentuer le déséquilibre social".

M. Rocard pronostique qu'au "bout de trois ou quatre fois, les opinions auront compris". Pour lui, "l'analyse de la crise n'est pas faite. Pour la partie bancaire et financière, on dit: c'est la faute à la perte de l'éthique, à la disparition de la moralité. C'est très reposant".

"S'il y a retour à la moralité, il n'y a pas besoin de changer les autres règles, tout se passera très bien", estime-t-il. Cependant, il juge que dans la crise, les sociaux-démocrates "s'en sont le moins mal sortis" et que "la sortie de crise est nécessairement social-démocrate".

"Méthode d'écoute de l'autre", la social-démocratie est un "enracinement dans la liberté par le marché accompagné d'une forte régulation et sanctifié par une capacité démocratique à faire endosser cela par le peuple", fait-il valoir.