Deutsche Post va quitter les Etats Unis

E24 avec AFP

— 

A partir du 30 janvier, plus de DHL aux Etats-Unis. Le géant allemand de la logistique Deutsche Post a annoncé, lundi 10 novembre, qu'il allait mettre fin à ses activités de livraison express aux Etats-Unis et y supprimer 9.500 emplois, en plus des 5.400 postes déjà supprimés depuis le début de l'année. Cette restructuration va coûter 3 milliards d'euros sur deux ans et avoir pour conséquence une perte nette cette année, selon un communiqué.

Le bilan social total risque d'être plus lourd: selon la presse allemande, quelque 20.000 emplois dépendraient, via des sous-traitants, de DHL Express.

Filiale en déficit

DHL, chroniquement déficitaire aux Etats-Unis, va sortir complètement du marché domestique américain à compter du 30 janvier prochain pour se concentrer sur les livraisons internationales, a précisé Deutsche Post. La filiale ne gardera au final qu'entre 3.000 et 4.000 salariés pour l'activité de livraison express internationale. Elle devrait essuyer une perte de 1,2 milliard d'euros cette année, et encore de près de 700 millions d'euros l'an prochain, a fait savoir sa maison mère. En plus de cette restructuration drastique, Deutsche Post, dont l'Etat allemand détient encore 31%, veut doubler son objectif de réduction durable des coûts. La société entend désormais abaisser de 1 milliard d'euros ses dépenses annuelles, contre un précédent objectif de 500 millions d'euros.

Groupe en positif

Ces annonces ont éclipsé la publication lundi des résultats financiers de Deutsche Post. Le groupe a réussi au troisième trimestre à augmenter son bénéfice net de 130% à 805 millions d'euros, grâce à un effet exceptionnel. Il s'est en effet vu rembourser par l'Etat allemand une forte somme qui lui avait été retirée au titre d'aides publiques indues. Le chiffre d'affaires au troisième trimestre a augmenté de 4,1% à 13,8 milliards d'euros. En revanche, le résultat d'exploitation avant exceptionnels (Ebit) a baissé de 8,5%.

Malheureuse

L'aventure de Deutsche Post sur le marché américain de la livraison express connait une fin particulièrement malheureuse. En mai, le groupe allemand avait lancé une dernière tentative pour redresser cette activité, réduisant son offre et tentant de mettre en place, jusqu'ici en vain, une coopération avec son rival UPS. Mais la crise économique est venue balayer les derniers espoirs qui reposaient sur DHL. Sans compter que Deutsche Post doit encore soutenir une autre filiale à problèmes, la Postbank, qui a besoin d'une injection de capital urgente pour faire face à la crise financière. Selon certains journaux allemands, le groupe de logistique pourrait aussi supprimer des milliers d'emplois hors des Etats-Unis.