Faillite de Lehman: la Banque postale pourrait perdre 60 millions d'euros

E24 avec AFP

— 

La Banque postale, filiale de La Poste française, pourrait perdre 60 millions d'euros à cause de la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, a indiqué lundi à l'AFP une source syndicale, confirmant une information publiée dans le quotidien Les Echos.

"Les organisations syndicales ont été informées que la Banque postale avait une participation dans Lehman Brothers à hauteur de 60 millions d'euros et pourrait perdre cette somme", a affirmé cette source, sans être en mesure de préciser les modalités de cette participation.

Selon Les Echos, qui cite des "sources concordantes", l'établissement bancaire "aurait perdu une soixantaine de millions d'euros à cause de la faillite de Lehman Brothers mi-septembre".

Dans un communiqué, La Banque Postale a fait état "d'un montant très faible" de ses ressources financières investi sur des obligations "classiques" émises par Lehman Brothers. Cette exposition "donnera lieu à la fin de l'exercice 2008 à une provision d'un montant approprié, mais limité et sans impact significatif, ni sur le compte de résultat de la banque, ni sur ses fonds propres".

Aucun actif toxique

Outre cette provision liée au dépôt de bilan de Lehman, l'établissement a assuré qu'il "ne possède, pour son compte ou celui de ses clients, aucun actif toxique ou placement lié aux subprimes et n'aura à constater aucune perte à ce titre". "Soixante millions de perdus dans le naufrage de Lehman Brothers, c'est beaucoup pour La Poste", a réagi dans un communiqué le syndicat FO-Com, s'interrogeant: "qu'allait faire une banque publique, dont la raison d'être est le service au plus grand nombre, hors de son rôle naturel et hors de ses frontières?"

"La Banque postale s'affiche comme "la plus rassurante du marché", en réalité, elle devient inquiétante", estime FO.

Pour Sud-PTT, deuxième syndicat de La Poste, "cette perte soulève des questions à l'heure où le changement de statut de La poste est à l'ordre du jour. Par exemple, à quoi servirait l'argent levé par une ouverture de capital?", interroge le syndicat.

Cette annonce intervient le même jour que le lancement d'une campagne publicitaire proclamant: "la Banque postale est la banque qui inspire le plus confiance à ses clients", note le syndicat, qui y voit "une singulière coïncidence" et appelle l'établissement à se "reconcentrer sur ses missions de service public et d'intérêt général et donc de conserver un statut public".