Lehman Brothers a perdu 75 milliards de dollars en se précipitant

E24 avec AFP

— 

"Tout vient à point à qui sait attendre". C'est en substance ce que révèle une étude interne des conseillers en restructuration de la banque Lehman Brothers, Alvarez & Marshal, et que le Wall Street Journal s'est procuré. Le dépôt de bilan précipité de la banque d'affaires américaine le 15 septembre dernier aurait fait perdre au groupe quelque 75 milliards de dollars, affirme le quotidien citant l'étude qui précise qu'en se donnant plus de temps, Lehman Brothers aurait pu préserver une valeur bien plus élevée.

Cette perte d'argent provient essentiellement du dépôt de bilan de la structure qui chapeautait le groupe, Lehman Holdings, qui a brusquement fait cesser leur activité à des filiales saines, leur faisant perdre des transactions qui auraient pu être menées à terme et lui rapporter de l'argent. Environ 150 salariés d'Alvarez & Marshal travaillent encore dans les bureaux de Lehman Brothers pour dénouer la position de la banque et ses obligations vis-à-vis de ses créanciers, aidés par 300 personnes qui restent employées par Lehman Brothers, dont les activités les plus rentables ont été cédées. L'achèvement de ce travail pourrait prendre trois ans, explique le quotidien.

Le Wall Street Journal publie par ailleurs un récit détaillé du week-end des 13 et 14 septembre, où se sont dénouées la faillite de Lehman et la vente d'une autre banque d'affaires de Wall Street, Merrill Lynch, à la généraliste Bank of America. Il montre que le PDG de Lehman Brothers, Richard Fuld, farouche défenseur de l'indépendance du groupe, a vainement tenté de le vendre à la britannique Barclays, mais plus encore à Bank of America, sans savoir que celle-ci négociait avec Merrill Lynch.

La faillite de Lehman Brothers avait plongé les marchés financiers dans une crise d'une intensité historique, faisant craindre des faillites de banques en chaîne avant une intervention énergique des gouvernements.