Le BTP adhère à la taxe carbone

Marion Lippmann

— 

Didier Ridoret, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), se dit en accord avec la taxe carbone (17 euros la tonne de CO2) proposée par le gouvernement.

Il souligne toutefois que cette nouvelle taxe reste une contrainte pour le secteur bâtiment. "Nous avons chiffré son impact. La taxe carbone devrait coûter environ 8.000 euros par an à une entreprise de BTP de gros œuvre d'environ 50 à 60 salariés, qui utilise 40 à 50 véhicules", a-t-il indiqué. Il estime que "c'est une somme importante, surtout dans une période de crise comme celle que nous traversons aujourd'hui".

Si la taxe carbone est une bonne initiative, elle ne doit pénaliser "aucune entreprise du secteur, au regard des montants dus au titre de la taxe professionnelle", précise la FFB dans un communiqué de presse. La Fédération se dit d'ailleurs favorable à la suppression de la taxe professionnelle, qu'il qualifie "d'impôt idiot". A condition de respecter la logique avancée par le Président de la République: "pas un perdant".