Permis de construire pour les antennes-relais

E.M. avec AFP

— 

Le député UMP de la Somme Alain Gest préconise, dans un rapport, que les opérateurs déposent un permis de construire avant d'installer une antenne-relais, explique-t-il dans un entretien au Parisien-Aujourd'hui en France paru mercredi.

Alain Gest doit présenter un rapport parlementaire sur les conséquences éventuelles pour la santé de la téléphonie mobile. Interrogé par le quotidien sur les éventuels troubles, notamment les maux de tête et insomnies, provoqués par les antennes-relais, l'élu estime que "le lien de causalité entre cette souffrance et les antennes n'est pas démontré".

"Pas d'effets sanitaires démontrés"

"Les antennes n'ont pas d'effet sanitaire démontré", insiste-t-il. "Cela n'exclut pas de poursuivre les recherches et surtout de faire preuve d'une plus grande transparence sur l'installation pour répondre aux inquiétudes".

Alain Gest préconise que "les opérateurs déposent obligatoirement un permis de construire avant d'installer une antenne-relais". Par ailleurs, il trouve "ridicule" d'interdire le portable à l'école. C'est, selon lui, "une question de discipline, pas de santé publique".

Toutefois, "par mesure de précaution", il préconise encore que "les opérateurs proposent des appareils avec oreillette rétractable intégrée au téléphone et des mobiles ne permettant d'envoyer que des SMS pour les plus jeunes".

Afin de "financer des recherches sur l'impact à long terme sur les enfants", le député souhaiterait un prélèvement de "0,25 euro sur chaque téléphone vendu".

Vers une réduction des expositions

A la mi-octobre, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) s'est prononcée pour une réduction des expositions aux ondes électromagnétiques, estimant qu'"il n'est plus temps de ne rien faire" malgré l'absence de preuves formelles sur leur nocivité.

L'avis de l'Afsset tirait les conséquences d'un rapport de près de 500 pages analysant toutes les études récentes déjà publiées sur les ondes électromagnétiques.

De ce rapport, il ressort que la majorité des études considérées comme "irréprochables" ne constatent pas d'effets des ondes, mais qu'en revanche un certain nombre d'entre elles relèvent des effets biologiques tels que l'autodestruction de cellules, l'altération du mode de communication des cellules ou la modification du débit sanguin cérébral.