Le piratage, un fléau pour l'iPhone

Guillaume Guichard

— 

Victime de son succès. Les applications vendues pour l'iPhone font l'objet d'un piratage massif, déplorent plusieurs éditeurs qui pensent que l'avenir de la plate-forme de téléchargements ("AppStore") d'Apple est condamnée.

"Parfois, il est dur de croire à l'avenir de l'AppStore", a regretté Michael Schade, patron de l'éditeur de jeux pour mobiles Fishlabs. A en croire les chiffres qu'il brandit sur mobile-ent.biz (et repris sur Clubic), il a de bonnes raisons de douter de la plateforme de vente d'applications d'Apple. Près de 95% des utilisateurs de son dernier jeu de rallye, Rally Master Pro, auraient téléchargé illégalement l'application.

Il n'est pas le seul à faire ce constat. Le développeur indépendant Smell Like Donkey estime pour sa part que son dernier opus, Tap-Fu, a été téléchargé illégalement par 80% en moyenne des utilisateurs durant sa première semaine de vente, rapporte develop-online.net.

Problème de taille

Le problème est de taille, à la fois pour les éditeurs et pour Apple. L'AppStore est jusqu'à présent une source importante de revenus pour les développeurs. Ils perçoivent 70% du chiffre d'affaire réalisé par leurs applications, le reste revenant à la firme à la pomme. Près de 500 millions d'applications ont été téléchargées au quatrième trimestre. Apple ne diffuse pas le chiffre d'affaires réalisé par sa plate-forme de téléchargement.

"Nous sommes surpris et très inquiets de voir à quel point il est facile de pirater une application iPhone", écrit l'éditeur indépendant sur son blog. Avant de décrire comment faire pour pirater son jeu. Une façon de mettre en cause l'inaction d'Apple sur ce sujet, la firme étant tancée par Smell Like Donkey pour sa "très lente réponse".

"Nous prédisons prochainement que les développeurs prendront eux-mêmes en main" le sujet du piratage "afin d'essayer de l'empêcher", ajoute Smell Like Donkey. Il serait d'ailleurs très facile de détecter le piratage d'une application. Plusieurs pistes existent. Les éditeurs pourraient par exemple refuser aux pirates l'accès à leurs serveurs multijoueurs.

Apple satisfait

En attendant, Apple se dit satisfait du système existant, selon Michael Schade. Il aurait répondu que le système de paiement à l'intérieur même d'une application, fonction autorisée ces derniers jours, est une bonne arme contre le piratage.

"Les pirates peuvent facilement diffuser une version débarrassée de ses protections, mais si le paiement s'effectue à l'intérieur même de l'application, cela complique nettement la tâche de l'indélicat", explique le site spécialisé Pocketgamer.

Contacté par E24, Apple n'était pas disponible pour un commentaire.