Le courtage: un coup de pouce pour obtenir des crédits?

Anne-Sophie Galliano

— 

Quand les banques rechignent à accorder des crédits, les agences immobilières doivent trouver autre chose. Leur planche de salut? Les courtiers. Avec un contexte financier pour le moins difficile, un écrémage du nombre d'agences immobilières, ils "deviennent une nécessité depuis 6 mois car nous avons 2,5 fois moins d'acquéreurs aujourd'hui, et ceux que nous avons ne peuvent pas emprunter", avoue Jean-François Buet, secrétaire général de la FNAIM, qui utilise déjà leur service depuis quatre à cinq ans.

Le recours systématique à un courtier est donc pratique car très simple. Sur internet vous remplissez les champs situation patrimoniale, projet, financement (combien vous souhaitez emprunter), et le courtier se charge d'étudier votre demande de devis, les meilleurs taux pratiqués par les banques. Puis celle qui serait le plus susceptible de vous accordez votre emprunt. Chez meilleurtaux.com, l'un des quarante conseillers "répondra par internet sous 48 heures, et sous huitaine vous pouvez obtenir un rendez vous avec un conseiller au sein d'une agence du groupe", explique Christophe Cremer, pdg fondateur du site meilleurtaux.com, qui existe depuis 1999. D'autres sites ont depuis ouvert leur porte et propose le même style de services, tel cafpi, dont le réseau s'étend aussi aux banques européennes.

Rêves et montage

Ainsi, lorsque vous arrivez devant votre banque, elle a déjà tout votre dossier en main, et si elle est d'accord vous n'aurez plus qu'à signer en bas à droite. Et le service du courtier ne vous coûtera rien puisque c'est la banque qui lui rétrocède 1% du montant de l'emprunt.

Du coup, certains agents immobiliers ont voulu cumuler les deux métiers en devenant eux même courtiers. C'est le cas d'Isabelle Porte, fondatrice de l'agence immobilière Selectoit. Issue du milieu de la banque, elle propose un service clé en main: recherche du bien de vos rêves, choix de la banque offrant les meilleures conditions et montage du dossier de financement.

Le principe est tentant pourtant sur les 460.000 dossiers reçus en 2007 par meilleurtaux.com, seuls 30.000 ont été traités jusqu'au bout et soutenus devant une banque. Car les français sont fidèles. Ils prennent le comparatif des taux pratiqués par différentes banques, et demandent à leurs conseillers de s'aligner sur ces taux. "Une tendance qui s'effrite tout de même depuis deux ans", constate avec plaisir Isabelle Porte.