Plus de régulation et moins de profit

G. G. avec AFP

— 

Les banques ont raison de voir d'un mauvais œil le renforcement de la régulation bancaire. Selon des études de la banque JPMorgan, les nouvelles exigences des régulateurs devraient entraîner une baisse d'un tiers de la rentabilité des banques d'investissement à l'horizon 2011.

Le taux de rendement des capitaux propres (return on equity, ROE) des banques d'investissement passerait en effet de 15% à 11%, tandis que leur bénéfice net diminuerait de 12%, selon les calculs de la banque.

Principale responsable de la baisse, l'exigence du régulateur de diminuer l'exposition au risque des banques, via notamment le renforcement de leurs fonds propres, explique JPMorgan.

Pour contrebalancer le poids des nouvelles régulations sur leurs comptes, les banques devraient prendre des mesures drastiques. Les établissements devront probablement diminuer les bonus de leurs salariés, voire leurs effectifs, estime la JPMorgan.

Les banques exerçant une activité traditionnelle de crédit devraient mieux tirer leur épingle du jeu au cours des deux prochaines années. Elles devraient donc avoir la faveur des investisseurs, ajoute JPMorgan.

Ainsi les françaises BNP Paribas et Société Générale verraient-elles moins diminuer leur rentabilité que les américaines Goldman Sachs et Morgan Stanley, même si celles-ci demeureraient plus rentables.