Un accord sur le climat serait bon pour les affaires

— 

A l'approche du sommet de Copenhague sur le climat, les initiatives se multiplient. Dernière en date, celle de 500 entreprises mondiales qui publient un "Communiqué de Copenhague". Elles demandent aux dirigeants politiques internationaux de conclure un accord "ambitieux, robuste et équitable" sur le changement climatique.

Cet appel doit être remis mardi au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et à la centaine de chefs d'Etat et de gouvernement assistant au sommet des Nations Unies sur le changement climatique à Copenhague.

Le "Communiqué de Copenhague" a reçu le soutien de grandes compagnies comme British Airways, BBVA, Diageo, Axa, Procter & Gamble. Mais aussi celui de PME œuvrant dans des secteurs divers et basées dans plus de cinquante pays, dont les Etats-Unis, les Etats de l'Union européenne, le Japon, l'Australie, le Canada, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud.

"Eroder la confiance"

Selon les signataires, un échec de la conférence de Copenhague aurait pour effet de "créer de l'incertitude et d'éroder la confiance", préviennent les patrons signataires de cet appel. "Le développement économique ne sera pas maintenu à long terme si le climat n'est pas stabilisé", avertissent-ils.

Il est "crucial" que "nous sortions de la récession d'une manière qui pose les fondations d'une croissance économe en carbone et évite de nous enfermer dans un avenir riche en émissions carboniques", ajoutent-ils.

Patronage du prince Charles

Le "Communiqué de Copenhague" est une initiative d'un groupe de patrons œuvrant de commun contre le réchauffement climatique, sous le patronage du prince Charles, et dont les travaux sont organisés par l'université de Cambridge.