Rafale: les discussions continuent

E.M. avec AFP

— 

Le ministre français de la Défense Hervé Morin a assuré mardi à Rio de Janeiro que les discussions sur la vente de 36 avions de combat Rafale au Brésil "continuaient dans un climat de confiance". Il s'est cependant refusé à spéculer sur le choix ou même la date de la décision brésilienne.

"Les discussions continuent dans le climat de confiance qui est le nôtre. Nous attendons désormais l'évaluation des forces armées brésiliennes et ensuite le processus décisionnel politique", a déclaré M. Morin à la presse à l'issue d'un entretien avec son homologue brésilien Nelson Jobim.

Le Rafale, construit par le groupe français Dassault, encore jamais exporté, est le favori pour emporter ce marché de plusieurs milliards de dollars face au F/A-18 Super Hornet de l'américain Boeing et du Gripen NG du suédois Saab.

Les trois constructeurs ont remis le 2 octobre leur offre finale, évaluée en ce moment par l'armée de l'air brésilienne dont l'avis est attendu en novembre. Il appartiendra ensuite au gouvernement et au président Luiz Inacio Lula da Silva, qui a déjà exprimé sa préférence pour le Rafale, d'annoncer le choix du Brésil.

Confiance

"Nous avons sur ce projet d'équipement tenu nos engagements: transfert de technologie important, partenariat industriel majeur, des perspectives de coopération" sur un avion de transport militaire, a souligné M. Morin. "Donc, on aborde le sujet avec la confiance qui est celle d'un partenaire avec lequel on a bâti une relation extrêmement solide", a ajouté le ministre français.

Interrogé sur des avancées à la suite de sa visite, le ministre s'est montré très réservé. Il s'est contenté de dire que ces discussions "méritent de rester entre nous aussi longtemps qu'elles doivent le rester. Il y a d'autres concurrents."

Le ministre français de la Défense a d'autre part indiqué que les contrats pour la fourniture d'hélicoptères et de sous-marins au Brésil, conclus en décembre 2008 et signés en septembre, seront "mis en oeuvre dans les semaines qui viennent".

M. Morin a achevé mardi à Rio une tournée en Amérique latine qui l'a déjà conduit au Chili et en Argentine.

"Synergies potentielles"

Il a insisté sur "l'intérêt" d'autres pays d'Amérique latine, en particulier le Chili, pour le partenariat stratégique noué entre la France et le Brésil et souligné qu'il existait de nombreuses "synergies potentielles" dans le domaine de l'industrie de défense entre plusieurs pays de la région.

Le ministre français devait recevoir dans la soirée, conjointement avec M. Jobim, le prix de la Personnalité France-Brésil, décerné par la Chambre de commerce franco-brésilienne, qui récompense des personnalités qui ont contribué au renforcement des relations entre les deux pays.