Immobilier: la construction mal en point

T.V avec AFP

— 

Le nombre de mises en chantier de logements en France a encore reculé au cours de la période allant de juin à août, pour atteindre 72.230 soit 31,2% de moins qu'un an plus tôt, a annoncé mardi le ministère de l'Ecologie. Le nombre de permis de construire a baissé de 30,0% à 80.750 unités sur la même période.

"La conjoncture reste difficile mais comparativement à d'autres secteurs, les effets de la crise, bien que présents, sont contenus, notamment grâce à la mise en oeuvre du plan de relance", a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu.

"On a la confirmation que les mises en chantier ont fortement reculé et qu'on atteindra seulement 300.000 à 310.000 pour l'ensemble de l'année 2009, contre 368.000 en 2008 et 435.000 en 2007", souligne Michel Mouillart, professeur à l'Université Paris-X. Pour répondre à la demande de logements non satisfaite en France, l'objectif affiché du gouvernement était de 500.000 nouveaux logements par an.

Sur les trois derniers mois, la baisse est de 42,0% pour les logements individuels purs et de 14,3% pour les individuels groupés. Pour les logements collectifs, les mises en chantiers chutent de 24,3% sur le trimestre.

Chute des emprunts immobiliers

Malgré la baisse des taux des crédits immobiliers à 15 ans sous la barre des 4%, pour la première fois depuis novembre 2006, les particuliers empruntent de moins en moins pour acheter dans le neuf comme dans l'ancien, souligne une étude du courtier en ligne Empruntis publiée mardi.Pour 2009, le montant de nouveaux crédits immobiliers devrait tomber à 90 milliards d'euros contre 108 milliards en 2008, 146 milliards en 2007 et 154 milliards (le record) en 2006, soit une impressionnante chute de plus de 40% en 3 ans, indique Empruntis.

Seul frémissement du marché: les ventes de logements par les promoteurs, dopées par les avantages fiscaux pour les investisseurs louant leurs logements, ont progressé de 29,6% au deuxième trimestre par rapport à la même période de 2008, avait annoncé le mois dernier le ministère de l'Ecologie.