"Encore un ou deux trimestres très défavorables"

— 

"L'économie mondiale n'a pas touché le fond. Les chiffres du quatrième trimestre 2008 ont été catastrophiques et nous aurons encore au moins un ou deux trimestres très défavorables", affirme l'économiste en chef du Fonds Monétaire International, dans un entretien publié mercredi par Les Echos. Le retour à un taux de croissance positif devrait intervenir "dans le courant de l'année prochaine". Mais pour Olivier Blanchard, la combinaison d'une politique monétaire "extrêmement agressive" et de la relance budgétaire devraient donner des résultats. L'économiste craint toutefois d'importants problèmes de balances des paiements dans les pays émergents d'Europe de l'Est.

Dans ces dernières prévisions, le FMI a prévu que la contraction de l'économie mondiale devrait se situer entre 0,5% et 1% cette année. De nouvelles prévisions pourraient être communiqué par son directeur général, Dominique Strauss-Kahn, lors de sa participation au G20 de Londres, le 2 avril prochain. L'institution a également relancé le débat en demandant de nouveaux plans de relance.

Olivier Blanchard estime que les plans de relance budgétaire sont pleinement justifiés pour réduire l'écart entre le niveau de production réelle et le niveau "normal", un processus qui devrait durer entre 3 et 5 ans selon lui. Les Etats ont des marges de manoeuvre pour atteindre cet objectif. Concernant la France, l'économiste du FMI estime que "le véritable effort de relance paraît plus faible que le chiffre annoncé par le gouvernement. Sans doute pourrait-on l'augmenter, en particulier pour 2010 et 2011." "Les pays européens n'ont peut-être pas réalisé la dimension du choc de demande que cette crise a provoqué" poursuit ce spécialiste.

Interrogé sur l'augmentation des moyens d'intervention de l'institution financière internationale, Olivier Blanchard affirme que le principe d'un doublement des fonds, à 500 milliards de dollars, est "acquis", mais qu'il faut encore en définir les modalités. "Nous voulons créer une nouvelle fenêtre de prêts s'adressant à des pays pré-qualifiés, qui se sont bien comportés dans le passé mais qui se trouvent soudain confrontés à des problèmes de balance des paiements