Moody's maintient sa note triple A sur les pays riches

T.V avec AFP

— 

L'agence d'évaluation financière Moody's a indiqué, mardi 8 septembre, que de nouveaux abaissements de notation étaient "peu probables à court terme" pour les économies souveraines notée Aaa, la note optimale."Si la majeure partie des émetteurs souverains notés Aaa a été mise à rude épreuve par la crise économique et financière internationale, de nouvelles révisions de notation à la baisse sont peu probables à court terme", déclare Moody's.

Dans la troisième catégorie dessinée par Moody's, les pays dits "résistants", l'Allemagne et la France ont été "plus durement touchés par la crise économique que ne l'envisageait Moody's" Toutefois, une révision de leur classification n'était pas à l'ordre du jour.

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis restent dans la catégorie des pays "résilients", mais "il leur faudra fortement réajuster leur politique budgétaire, même dans l’éventualité improbable d’un rebond vigoureux de leur économie", prévient Moody's. Le cas des Etats-Unis était justifié par l'histoire du pays, qui a montré que "dès lors qu’un consensus se cristallise sur la nécessité d’une correction des déséquilibres budgétaires, l’ajustement des finances publiques peut être vigoureux", selon Pierre Cailleteau.

L'Espagne, considérée comme "vulnérable" par Moody's, échappe à la révision "en raison essentiellement de la relative solidité qu’affichait le bilan de l’Etat avant la crise et d’un potentiel de croissance qui, pour être sérieusement affecté, n’est probablement pas décimé", indique Pierre Cailleteau, Directeur général Groupe risque souverain chez Moody’s et cité dans le communiqué.

Santé précaire des Etats

Le rapport insiste sur le fait que les Etats devront revoir leur stratégie budgétaire adoptée pendant la crise visant à injecter des liquidités dans l'économie.

"Bien qu’encore hautement hypothétique, on peut néanmoins concevoir un scénario où une ou plusieurs importante(s) et riche(s) économie(s) pourrai(en)t perdre sa/leur notation Aaa en raison de la dérive continue des finances publiques, subissant le même sort que le Japon dans les années 1990", conclut M. Cailleteau.

Moody’s Investors Service rendait ainsi les conclusions de la première édition de son étude sur la santé des états souverains, une publication qui fera l’objet d’une mise à jour trimestrielle, précise l'agence. Début juillet, l'Irlande avait perdu sa note Aaa à cause de son endettement. L'Espagne avait subi un sort similaire dès janvier de la part d'une autre agence de notation, Standard and Poor's