Starbucks reprend son destin en main en France

— 

Starbucks est désormais maître chez lui en France. La chaîne de cafés a repris à son partenaire espagnol Sigla (groupe Vips) les 50% qu'il ne détenait pas dans leur coentreprise, Starbucks Coffee France SAS, laquelle chapeauté le développement de l'enseigne dans l'Hexagone.

Les modalités financières de l'opération n'ont pas été divulguées. La transaction devrait être finalisée avant le 30 septembre 2009, précise Starbucks dans un communiqué de presse. Starbucks, qui s'est implantée en France en 2004, gère aujourd'hui 50 magasins et emploie environ 800 personnes.

Cette reprise en main s'inscrit dans la volonté du groupe de tirer parti de la crise du marché de l'immobilier et accélérer le déploiement de l'enseigne dans le pays, a expliqué Martin Coles, le patron des opérations internationales de Starbucks dans un entretien publié mercredi par l'agence Dow Jones.

"Il est temps de se concentrer sur certains marchés, où le potentiel est le plus important", a déclaré le dirigeant.

Starbucks espère tirer parti de l'évolution des habitudes de consommation de café dans le pays. Selon Philippe Sanchez, responsable de l'enseigne en France, les ventes à emporter de boissons sont passées en quelques années de 20% à 70%.

Les dirigeants de Starbucks se sont montrés prudemment optimiste sur l'évolution de leur marché au cours des prochains mois.

Au cours du troisième trimestre de son exercice fiscal, clos fin septembre, les ventes internationales à magasins constants de Starbucks ont reculé de 2%, reflétant pour une part équivalente une diminution du nombre d'achats et une baisse de la valeur moyenne des achats.

Le groupe compte sur le développement de son offre dans les pays émergents pour tirer sa croissance au cours des prochaines années. Dans certains de ces marchés émergents, Starbucks privilégie une croissance par le biais de franchisés, comme ce fut le cas pendant 5 ans sur le marché français.