L'Etat veut créer un fonds d'investissement pour les labos

A.-S. G. avec AFP

— 

Le gouvernement français étudie la possibilité de créer un "fonds d'investissement" destiné à soutenir l'industrie pharmaceutique, en particulier les entreprises de biotechnologies, a annoncé le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Luc Chatel.

Ce fonds pourrait être doté de "quelques dizaines de millions d'euros", a précisé Luc Chatel lors du lancement des travaux de la future plate-forme de biotechnologies du site du laboratoire Sanofi-Aventis de Vitry-sur-Seine.

Le fonds en projet "pourrait être abondé à la fois par l'Etat et les grands groupes industriels", a ajouté Luc Chatel.

Ce type de structure, inspirée des fonds mis en place pour soutenir les secteurs de l'automobile et de l'aéronautique, "peut être un outil intéressant pour financer en fonds propres des entreprises positionnées sur ce créneau des biotechnologies", a-t-il estimé.

Pour promouvoir ce secteur "porteur d'avenir", il a également jugé qu'"il faudra sans doute aller au-delà" des pôles de compétitivité, en créant "à moyen terme un lieu unique, une sorte de campus technologique", où les sociétés de biotechnologies installées en France serait regroupées.

Le secrétaire d'Etat a en outre prôné le "renforcement" des partenariats public/privé, à travers un "pacte d'engagement de l'Etat avec les grands laboratoires" qui définirait une "vision stratégique commune", avec un objectif: "Reproduire les success stories" du secteur, a-t-il expliqué, en évoquant le médicament anti-cancéreux Taxotere, développé par Sanofi-Aventis en collaboration avec le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Le Taxotere est aujourd'hui le quatrième médicament de Sanofi-Aventis en termes de chiffre d'affaires annuel. Il est exclusivement produit sur le site de Vitry-sur-Seine.

Luc Chatel a par ailleurs indiqué qu'un Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), réclamé par les industriels de la pharmacie depuis des mois, devrait se tenir "dans les prochaines semaines". Les industries de santé françaises ont affiché selon lui un taux de croissance moyen de 7% depuis le début des années 90. Il "devrait se situer aux alentours de 4% dans les années à venir", a précisé Luc Chatel.