Bonus sous contrôle à la City

T.V avec AFP

— 

Les Anglais d'abord réticents à tous projets d'encadrement trop sévère des bonus ont accepté des concessions au G20 de Pittsburg. Le gouvernement britanique va travailler à la rédaction d'un projet de loi visant à empêcher un retour aux énormes bonus bancaires et qui pénalisera les entreprises ne se pliant pas aux nouvelles règles, a déclaré dimanche le Premier ministre, Gordon Brown, à la BBC.

Il a expliqué que les dirigeants du G20 réunis jeudi et vendredi à Pittsburgh, aux Etats-Unis, avaient constaté que les banques tentaient de renouer avec les pratiques en vigueur avant la crise en matière de bonus. Le Groupe des Vingt s'est prononcé pour un encadrement des bonus dans le secteur bancaire et a prôné parallèlement un renforcement des fonds propres des institutions financières.

Gordon Brown a assuré que les textes présentés au parlement d'ici à quelques semaines incluraient "les mesures les plus dures au monde".

"Dès qu'il y aura un mauvais comportement, la Financial Services Authority (FSA, l'autorité de régulation du secteur financier, ndlr) aura le droit d'intervenir, et si des entreprises ne sont pas prêtes à se comporter de manière respectueuse de toutes ces nouvelles propositions en matière de traitement juste des bonus et des rémunérations, des pénalités seront imposées à ces entreprises", a-t-il dit.

Les Conservateurs, donnés gagnants par les sondages d'opinion sur les intentions de vote pour les élections qui auront lieu au plus tard en juin 2010, prévoient de supprimer la FSA et de renforcer parallèlement les pouvoirs de régulation de la Banque d'Angleterre.

L'Etat détient 70% du capital de Royal Bank of Scotland et 43% de celui de Lloyds Banking Group, deux des plus grandes banques du Royaume-Uni. Dans son entretien à la BBC, Gordon Brown n'a précisé ses intentions en matière de réduction du déficit budgétaire, qui devrait dépasser cette année 12% du produit intérieur brut (PIB).