A quoi sert l'Université d'été du MEDEF?

Elsa Meyer

— 

Le programme est chargé, les invités prestigieux. Mais point de sujets qui fâchent à Jouy-en-Josas (Yvelines). Les questions seront surtout abordées sous un angle philosophique et non politique. Histoire de ne pas prendre de positions trop polémiques.

Car l'objectif pour le MEDEF n'est pas de s'aventurer sur les pavés brûlants de l'actualité. "Nous voulons nous faire entendre sur des thèmes que nous n'avons pas l'habitude de traiter au cours de l'année ", explique-t-on au siège de l'organisation patronale.

Des retraites, il en sera ainsi sûrement question lors de la première journée consacrée aux enfants. Mais on y parlera aussi argent de poche et parentalité. La crise et ses conséquences seront également au rendez-vous. Mais tout autant que l'écologie, Internet, la liberté ou la vie spirituelle au XXIe siècle.

Ce choix hétéroclite est pleinement assumé par le MEDEF. Le programme est choisi tous les ans par un petit groupe de personnes au siège national qui "répertorient, dès le printemps, les questions que se posent les intellectuels".

Pour l'organisation, il s'agit "de commencer la rentrée du bon pied et de se rencontrer, dans une ambiance décontractée, pour débattre, comme lors d'une discussion entre amis".

L'événement n'est donc pas du tout conçu comme un lieu de prise de décision. Au MEDEF, les positions sont définies tous les mois par la Présidente, Laurence Parisot, entourée d'un comité exécutif, puis transmises aux différentes sections territoriales.

L'université d'été, c'est le lieu des grands débats, mais avec la présence de nombreuses personnalités politiques, cela pourrait aussi être celui des petites phrases. Ainsi, jeudi 3 septembre Christine Lagarde, Ministre de l'économie, et le socialiste Laurent Fabius devraient se retrouver autour d'une table ronde. Le sujet : l'éthique dans le capitalisme. Tout un programme.