La taxe carbone ne coûtera rien à GDF Suez

G. G. avec AFP

— 

La taxe carbone "ne va pas coûter" à GDF Suez car le groupe d'énergie est déjà soumis aux quotas d'émissions de CO2, a affirmé son vice-président Jean-François Cirelli, tout en se prononçant en faveur de la taxation de l'électricité.

"Elle ne va pas nous coûter car nous sommes soumis aux quotas, comme d'autres industries. Nous réglons le problème CO2 par les quotas", a déclaré Jean-François Cirelli sur la radio BFM. "C'est une contribution qui va peser sur les ménages essentiellement", a-t-il ajouté.

Le dirigeant s'est dit favorable à une taxation de la consommation d'électricité au titre de la taxe carbone. "Il ne faut plus encourager le chauffage électrique parce que le chauffage électrique utilise des moyens carbonés, donc l'exclure c'est pas bien", a-t-il affirmé.

"Faire des économies"

"L'ensemble des Français doivent faire des économies et pas simplement ceux qui sont au gaz ou au fioul", a ajouté le vice-président du groupe gazier.

Interrogé sur une éventuelle candidature à la présidence d'EDF, évoquée par la presse, Jean-François Cirelli a déclaré: "Clairement, la question ne se pose pas". "Je fais un métier passionnant aujourd'hui aux côtés de Gérard Mestrallet (PDG de GDF Suez) pour continuer à développer, à faire grandir GDF Suez dont je suis très fier d'avoir contribué à sa création et cela me convient parfaitement", a-t-il ajouté.