La gare Saint-Lazare fermée pour raisons de sécurité

E24 avec AFP

— 

Depuis 10h ce mardi matin, la gare Saint-Lazare à Paris est fermée "pour des raisons de sécurité", a indiqué la SNCF. Cette mesure fait suite à une grève spontanée ayant entraîné l'interruption de l'ensemble des trafics au départ de cette gare après l'agression d'un conducteur. Deuxième plus grande plateforme ferrovière d'Europe, 500.000 usagers transitent chaque jour par la Gare St Lazare. Un dispositif de substitution a été mis en place au départ de la gare pour la journée. Les lignes de métro ont été renforcées.

"Du fait de l'interruption totale du trafic sur l'ensemble des lignes de Paris Saint-Lazare, et pour des raisons de sécurité, la gare Saint-Lazare est fermée jusqu'à nouvel avis", a indiqué la SNCF dans un communiqué. L’heure de reprise du trafic de la gare n’est actuellement pas connue. Des policiers et des agents de sécurité encadraient l'évacuation vers 10h30, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'ensemble du trafic sur les lignes SNCF de banlieue (Transilien) et sur les lignes des Corail intercités notamment vers la Normandie était bloqué depuis mardi matin à la gare Saint-Lazare.

La circulation du RER A sur les branches Nanterre-Poissy et Nanterre-Cergy est également interrompue. La ligne A du RER ne passe pas par la gare Saint Lazare, mais les personnels SNCF qui y sont affectés sont rattachés à la direction régionale de Saint-Lazare.

Selon les premiers éléments cités par la SNCF, un conducteur de train a été victime lundi soir d'une agression en gare de Maisons-Lafitte (Yvelines) sur la branche A du RER, de la part de six personnes, alors qu'il descendait pour réarmer un système d'alarme qui avait été actionné. Il a reçu un arrêt de travail de deux jours. Sud Rail lie cette agression au

conflit social
en cours à la gare Saint-Lazare depuis un mois, en soulignant qu'elle "fait suite" aux propos "scandaleusement agressifs" d'un membre de la direction "à l'encontre des cheminots grévistes et de Sud Rail", ce que la direction conteste. "Cette agression n'a évidemment rien à voir avec le conflit social en cours à Saint-Lazare", "elle a eu lieu sur la ligne de RER A où le trafic était toujours resté normal et ne peut pas être imputée à des usagers en colère", a indiqué un porte-parole de la SNCF.