"La crise peut représenter une opportunité"

Propos recueillis par Delphine Halgand

— 

Hervé Bléry, président sortant de Century 21 France, répond aux questions d'E24 sur la stratégie de son réseau face à la crise que traverse l'immobilier. Au 1er janvier 2009, Laurent Vimont a remplacé Hervé Bléry à la présidence de Century 21. La FNAIM a, elle, mis en place une "hotline sociale" pour ses agents.

Comment votre groupe fait-il face à la crise?

Cette crise, nous l'avions anticipée depuis près de deux ans. Nous avions pu la voir venir en surveillant, entre autre, l'évolution des prix et les délais de commercialisation. En croisant ces indices, nous nous attendions à des perspectives qui ne se sont pas démenties. Nous avons préparé nos agences en les informant comme nous le faisons habituellement.

Avez-vous pris des mesures exceptionnelles pour soutenir votre réseau?

Nous avons souhaité revenir sur une formation de base, sur une application plus stricte des techniques d'évaluation, du suivi de l'acquéreur… En période d'euphorie, des erreurs étaient permises. Plus maintenant. Nous avons également renforcé notre équipe de consultants. Ils sont passés de 18 à 25 et ils sont tous revenus sur le terrain. Avec l'aide de notre actionnaire Nexity, nous mettons à la disposition des clients de nos agences une plate-forme de courtage de financement. Une prestation "Solutions Clés" offre également des conseils et des réductions jusqu'à 4.500 euros.

Certaines de vos agences ont-elles fait faillite avec la crise?

Pour l'heure, nous n'avons pas observé de défaillances dues à la crise. Cependant, notre suivi permanent de l'état de santé de nos agences laisse présager que les trésoreries se tendent. Des succursales qui pèsent sur leur maison mère vont être fermées. Les agences les plus faibles pourraient défaillir.

Votre maillage du territoire est-il en danger?

Il n'est pas remis en question. Notre équipe de marketing continue à identifier des agences cibles et à les convaincre de nous rejoindre. Les agences isolées ressentent aujourd'hui le besoin d'être encadrées. Nous observons une augmentation des candidatures spontanées d'agences pour entrer dans notre réseau. Nous souhaitons cependant garder le même rythme de croissance du réseau: de 40 à 50 nouvelles agences par an. La crise peut représenter une opportunité pour le réseau Century 21 de gagner des parts de marché. La concurrence est affaiblie et les particuliers ont davantage recours aux professionnels en cas de crise.