British Airways réféchit à une fusion avec Qantas, l'Autralie s'y oppose

E24 avec AFP

— 

Les ambitions de British Airways semblent infinies. Dans un communiqué à la Bourse de Londres, British Airways indique "qu'en réponse à des spéculations récentes dans la presse, elle confirme être en train de réfléchir à une fusion possible avec Qantas Airways via une structure à double cotation". Dans le même communiqué, la compagnie indique que ses discussions de fusion antérieures avec l'espagnole Iberia se poursuivent.

"Il n'y a pas de garantie de transaction, et une autre annonce sera faite en temps utile, si cela est approprié", conclut British Airways. Bristish Airways, Qantas et Iberia sont déjà membres de l'alliance Oneworld, ainsi que American Airlines avec laquelle BA est également en train d'opérer un rapprochement.

Opposition

Mais cette annonce ne réjouit pas le gouvernement australien. Il a maintenu mardi son opposition à toute prise de contrôle étrangère sur les compagnies aériennes nationales et notamment Qantas, tout en laissant entrevoir un assouplissement des règles sur l'entrée au capital de ces entreprises.

Le ministre des Transports Anthony Albanese a déclaré que le gouvernement entendait maintenir le plafond de 49% maximum pour les prises de participation par des investisseurs étrangers dans le capital des compagnies aériennes australiennes. Selon la régulation en vigueur concernant Qantas, une compagnie aérienne étrangère ne peut détenir seule plus de 25% du capital de la compagnie, et plusieurs compagnies aériennes étrangères ne peuvent détenir ensemble plus de 35% de Qantas.

"Si nous assouplissons la régulation sur ce dernier point tout en maintenant l'obligation d'une participation majoritaire de 51% pour les capitaux australiens dans Qantas, je pense que nous aurions une solution équilibrée", a indiqué M. Albanese lors d'une conférence de presse.

Ces plafonds actuels de 25% et 35% pourraient empêcher tout projet de fusion de Qantas avec une compagnie étrangère. Le directeur général de Qantas, Geoff Dixon, qui a quitté son poste vendredi après huit ans à la tête de la première compagnie australienne, a estimé que Qantas aurait tout intérêt à fusionner avec l'une de ses concurrentes, compte tenu de sa bonne position pour faire face à la crise mondiale.