Jeux en ligne: le PMU en selle

Delphine Halgand

— 

Avec ses 6,5 millions de clients et ses 2 milliards de paris traités, le PMU a réalisé l'année dernière 9,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires. 6,9 milliards ont été reversés aux joueurs, soit 74,8% des mises. De 11% à 12% du chiffre d'affaires ont été prélevés par l'Etat. Les coûts de gestion correspondent à 5,2%. Restent 8% du chiffre d'affaires de résultat qui est entièrement reversé à la filière équine.

Le PMU s'est lancé dans la course à l'Internet en 2003. Son site PMU.fr affiche aujourd'hui un chiffre d'affaires de 540,4 millions d'euros, en croissance de 25%, ce qui correspond à 5,8% du chiffre d'affaires global. Il comptait 220.000 comptes actifs de parieurs à la fin 2008 et vise 100.000 nouveaux joueurs pour cette année. Avec l'ouverture à la concurrence du marché, les responsables de PMU.fr réfléchissent à l'opportunité d'entrer dans le secteur des paris sportifs. Cette branche s'annonce en effet très prometteuse puisqu'elle est encore peu développée en France.

Le site semble moins craindre des concurrents qui lui ressemblent tels que ZEturf.com que les gros opérateurs européens (Unibet, Betclic, ou Betsson). Ces derniers débarqueront en effet sur le marché français avec d'énormes budgets marketing et publicitaires. Le vieux cheval PMU devra être aussi performant que les poulains pour rester dans la course. Le projet de fiscalité ne semble pas en tout cas représenter un obstacle pour le PMU.