Sony renouvelle ses accords avec YouTube

Solenn Poullennec

— 

Britney Spears, Beyonce et Bob Dylan restent sur Youtube. La maison de disques Sony Music Entertainment qui produit ces artistes, vient de renouveler son accord avec le site de partage de vidéos, selon les informations d’All Things Digital , un site affilié au Wall Street Journal .

Les termes du contrat ne sont pas détaillés mais il devrait ressembler à celui signé en 2006. La filiale de Google s’était alors engagée à payer Sony dès que le clip d’un de ses artistes était regardé. Elle lui versait également une partie des revenus publicitaires liés aux vidéos.

Trois autres maisons de disque ont signé un contrat de ce type avec YouTube: Universal Music Group, Emi et Warner Music Group. Un marché juteux pour la plupart d’entre elles. Selon les informations d’All Things Digital, Universal Music aurait récolté près 100 millions de dollars en 2008 grâce aux vidéos en streaming alors que 80% d’entre elles sont diffusées sur YouTube.

Mais le modèle économique de la musique en ligne reste incertain. Toutes les majors n’y trouveraient pas leur compte. A la fin de l’année dernière, les vidéos de Warner Music ont été retirées du site de partage . On ne sait pas lequel des deux groupes a pris l’initiative. En tous cas, ils ne s’entendaient plus sur leur contrat.

Warner a affirmé qu’elle ne pouvait plus accepter des "modalités financières qui ne compensent pas suffisamment les artistes, auteurs, labels et éditeurs pour les contenus qu'ils apportent".

Les connaisseurs du secteur avancent différentes analyses. Selon All Things Digital, il ne serait pas profitable pour YouTube de payer autant les maisons de disque. La filiale de Google voudrait qu’elles baissent leur prix. Une option inacceptable pour Warner, qui souffre comme toutes les autres majors de la baisse des ventes de CD.

Aux dires du site spécialisé CNET, ce serait plutôt Warner qui aurait fait pression pour augmenter ses prix. YouTube lui aurait alors fait comprendre qu’il pouvait se passer de lui en retirant ses clips. Ceux-ci n’arrivent qu’en dixième position des vidéos les plus regardées sur le site de partage. Loin derrière Universal Music et Sony, qui ont comptabilisé respectivement 3 milliards et 491 millions de vidéos vues l’année dernière.