BayernLB va supprimer 29% de ses emplois

E24 avec AFP

— 

C'est une mesure choc. La banque publique régionale de Bavière (sud) BayernLB, en grande difficulté financière, a annoncé lundi qu'elle va licencier 5.600 de ses 19.200 employés d'ici 2013, soit 29% de ses effectifs. Cette mesure doit permettre d'économiser 670 millions d'euros sur les cinq prochaines années, selon un communiqué de la banque. BayernLB sera "plus petite et va mettre fin à de nombreuses activités (...) mais elle sera ainsi moins exposée à des risques non calculables", selon son patron Michael Kemmer.

La banque bavaroise, dont l'objectif est désormais de se reconcentrer sur sa région, le marché allemand et les PME, en coopération avec les caisses d'épargne, a annoncé son retrait complet d'Asie en fermant ses agences à Hong-Kong, Shanghai, Pékin, Tokyo et Bombay. Ses bureaux à Londres et à New York seront également "considérablement réduits". En Europe continentale, BayernLB ferme sa succursale à Milan et prévoit des restructurations dans sa banque en ligne Direktbank DKB et dans sa filiale autrichienne Hypo Group Alpe Adria, très active dans les Balkans et en Europe orientale.

Garanties

La banque, touchée de plein fouet par la crise, avait appelé vendredi à la rescousse les pouvoirs publics, et surtout son actionnaire, l'Etat régional de Bavière, qui va finalement se charger seul de fournir 10 milliards d'euros de recapitalisation à la banque. Il a paru "économiquement plus sensé que la banque s'endette auprès de l'Etat régional et non l'Etat fédéral", a déclaré lundi lors d'une conférence de presse le ministre conservateur des Finances bavarois, Georg Fahrenschon (CSU, conservateur).

La Bavière devait injecter 7 milliards d'euros et Berlin 3 milliards via le Fonds fédéral d'aide au secteur bancaire (SoFFin). Celui-ci met à disposition de la banque 15 milliards de garanties et 6 milliards d'euros de provisions pour risques sur des titres adossés à des actifs (ABS).