Mettre le paquet sur la relance

— 

Le chiffrage du plan de relance de l'économie américaine fait débat, mais les économistes s'accordent au moins sur une chose: il faut mettre le paquet pour sortir d'une récession qui s'annonce particulièrement dure.

"La situation des Etats-Unis est vraiment inquiétante et le pays n'a pas fait assez pour aider son économie", estimait ce week-end le prix Nobel d'économie Paul Krugman sur l'antenne de l'agence Bloomberg. "La Fed n'a presque plus de levier d'intervention; le seul levier restant est une politique budgétaire expansionniste", a-t-il ajouté. Un sujet que l'économiste a déjà abordé à plusieurs reprises dans les colonnes du New York Times.

Selon l'OCDE, le produit intérieur brut américain devrait baisser de 0,4% en 2009.

Au moins 400 milliards

Le plan de relance devrait se situer entre 400 et 500 milliards de dollars, estimait ce week-end l'économiste Nouriel Roubini. Des rapports de presse ont évoqué des montants allant jusqu'à 700 milliards de dollars, mais un chiffrage précis ne devrait pas être connu avant la prise de fonction de Barack Obama, dans un peu plus d'un mois.

La dernière mesure de soutien de l'économie remonte à février, lorsque George W. Bush avait décidé de rendre 168 milliards de dollars aux ménages américains sous forme de réductions d'impôts. Les économistes ont beaucoup débattu de l'efficacité de ce type de mesure, dont l'effet sur la relance de la consommation est mitigé lorsque le taux de chômage progresse.

Les marchés ont d'ailleurs toujours du mal à anticiper un redressement rapide de la situation. Depuis le début de l'année, les principaux indices boursiers ne cessent de plonger, traduisant la difficulté des investisseurs à prévoir l'ampleur et la durée de la récession actuelle.

Depuis le 1er janvier, l'indice DJ STOXX 600 a perdu 45% de sa valeur, le CAC 43%, le Dow Jones Industrial Average 33%.