Orange diffusera Canal+ sur son offre satellitaire

Catherine Vincent

— 

Quand on veut obtenir une faveur il faut être exempt de tout reproche. Après des mois de bisbilles, Canal+ a fait des concessions et vient de signer avec Orange (France Télécom) un accord permettant à l'opérateur de télécommunications de distribuer les chaînes Canal+ et le bouquet CanalSat sur son offre par satellite. Cet accord "pluriannuel" permettra aux clients d'Orange qui reçoivent l'Internet par le satellite Astra de s'abonner à ces différentes chaînes "courant 2009" et de les visionner sur un décodeur hybride ADSL/satellite fourni par Orange, précisent les deux frères ennemis. L'offre de télévision d'Orange par satellite, proposée aux clients non éligibles à l'ADSL car situés dans des zones reculées, "sera ainsi proche de celle disponible sur l'ADSL".

Cet accord met fin à un contentieux entre les deux groupes. Orange avait notamment saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) en décembre pour demander le droit de diffuser, sur son offre satellitaire, la chaîne d'information i-Télé, propriété de Canal+, ainsi que la partie en clair de la chaîne cryptée. Cette plainte est désormais retirée, selon une porte-parole d'Orange, et les clients d'Orange auront accès à i-Télé et à la partie en clair de Canal+ d'ici le 31 janvier. Par ailleurs, les clients triple-play d'Orange abonnés à Canal+ et CanalSat pourront désormais avoir accès aux services de rattrapage Canal+ à la demande et CanalSat à la demande.

Et la réciproque est-elle vraie? Les réseaux de diffusion du Groupe Canal+ pourront-ils intégrer les chaînes exclusives d'Orange? C'est ce qui va se jouer dans les prochains jours. Les députés ont voté mi-décembre, dans le cadre du projet de loi réformant l'audiovisuel, un amendement obligeant Orange à partager ses chaînes de foot et de cinéma aujourd'hui réservées… aux abonnés Orange. L'amendement adopté par des députés vraisemblablement très inspirés par Canal+ ajoute dans la loi sur l'audiovisuel un article 41-5 ainsi rédigé: "La commercialisation d’une offre de services de communication audiovisuelle par voie électronique éditée par un opérateur de communications électroniques au sens du code des postes et des communications électroniques ne peut être réservée aux seuls abonnés aux offres d’accès à internet de ce même opérateur".

Depuis ce vote, France Télécom a pris conscience du danger et a multiplié, au plus haut niveau, ses actions de lobbying, a-t-on appris de sources concordantes. D'autant qu'avec l'accord sur la distribution de Canal+ sur le satellite Orange, Canal+ se lave de tout soupçon de comportement anticoncurrentiel.

Le gouvernement, déjà réfractaire à la mesure adoptée par les députés, y serait désormais farouchement opposé. L'examen au Sénat du projet de loi sur l'audiovisuel débute demain, mercredi 7 janvier. Les chances de voir adopter, contre l'avis du gouvernement, l'article 49 sexies du projet de loi créant le fameux article 41-5 sont minces. A moins d'une grande surprise, ce qui n'est pas non plus à exclure totalement si les rumeurs sur le mécontentement des sénateurs s'avèrent fondées.

Orange est lié au football et au cinéma par des contrats pluri-annuels. Son bouquet de chaînes Orange Cinéma Series comprend cinq chaînes cinéma réservées aux seuls clients live Box et utilisateurs d'un mobile Orange. Pour le foot, l’opérateur télécoms a acheté 38 matches par an sur la période 2008- 2012 pour 210 millions d’euros. Afin de les valoriser, il a lancé la chaîne Orange Foot qui diffuse le match du samedi soir de la Ligue 1, chaîne également réservée aux abonnés Orange.

C'est justement ce que lui reprochent les députés: de se servir de ses contenus exclusifs pour gonfler son portefeuille d'abonnés à la téléphonie mobile. Même si les résultats commerciaux d'Orange Foot sont loin d'être satisfaisants. A mi-septembre, Orange annonçait 50.000 abonnés à la chaîne. Une paille comparé aux 10,5 millions d'abonnés du Groupe Canal+. Mais une paille gênante.