ArcelorMittal "ne peut pas priver ses actionnaires de dividende"

E 24 avec AFP

— 

ArcelorMittal, premier groupe mondial de l'acier, est touché de plein fouet par la crise. Après avoir annoncé des suppressions de postes aux Etats-Unis et en France, Daniel Soury-Lavergne, directeur général d'ArcelorMittal France a déclaré, mercredi 10 décembre dans Le Parisien/Aujourd'hui en France, que le groupe "ne peut pas priver ses actionnaires de dividende" mais proposera "de vraies mesures d'accompagnement" aux 1.400 salariés français dont les postes sont supprimés.

"La crise s'est traduite par un effondrement brutal des besoins de nos clients, dont le plus emblématique est l'automobile", explique Daniel Soury-Lavergne. "Nous pensons qu'il ne s'agit pas seulement d'une baisse momentanée des commandes" et que "la demande mondiale de l'acier mettra plusieurs trimestres à redémarrer".

"Voilà pourquoi nous devons adapter nos structures et réduire nos effectifs", "mais le plan de (1.400 ndlr) départs volontaires, dont les modalités sont discutées à partir d'aujourd'hui avec les syndicats apportera de vraies mesures d'accompagnement à ceux qui souhaitent partir", assure le directeur général.

Dividendes

Interrogé sur le contraste entre ce plan de suppressions de postes et les dividendes versés aux actionnaires du géant mondial de l'acier, il précise que "du fait de la crise, ces actionnaires ont perdu de 70% à 80% de la valeur de leur investissement". "Dans ces conditions, on ne peut pas envisager de les priver de dividende. Nous avons besoin d'un actionnariat stable", ajoute-t-il.

Interrogé sur l'engagement pris en juillet 2006 de créer 2.000 emplois en France d'ici la fin 2008, que l'ex-ministre délégué à l'Industrie François Loos reproche à Lakshmi Mittal de n'avoir pas tenu, Daniel Soury-Lavergne répond que le groupe "fera le point début 2009 avec Luc Chatel", le secrétaire d'Etat à l'Industrie.

"Vous verrez que nous avons effectivement financé la création de 2.000 emplois. Je m'en porte personnellement garant", déclare-t-il.