La Suisse va sortir du capital d'UBS

Avec agences

— 

La Suisse va sortir du capital d'UBS, où elle était entrée en souscrivant en octobre dernier une augmentation de capital de 6 milliards de francs suisses (près de 4 milliards d'euros), ont indiqué mercredi soir les autorités helvétiques.

L'ensemble des obligations convertibles alors souscrites par la Suisse seront converties en actions puis placées sur le marché auprès d'investisseurs institutionnels. L'opération devrait se traduire par une plus-value.

Dans un communiqué de presse, la Banque nationale suisse (BNS) a salué cette décision qui montre, selon elle, que les marchés ont à nouveau confiance en UBS.

La nouvelle de ce désengagement survient alors que le gouvernement suisse et UBS sont parvenus à accord extrajudiciaire avec les Etats-Unis sur les accusations de fraude fiscale pesant sur la banque.

Un consortium bancaire a été chargé de placer les 332,2 millions d'actions UBS du gouvernement résultant de la conversion de l'emprunt de six milliards de francs suisses (3,95 milliards d'euros) consenti à la banque en octobre 2008 en pleine crise financière, a indiqué le gouvernement, précisant que la vente de ces actions devait être réalisée jeudi.

L'action UBS a clôturé mercredi à 16,74 francs suisses (11 euros) à la bourse de Zurich, ce qui valoriserait la participation du gouvernement à 5,56 milliards de francs suisses (3,66 milliards d'euros). L'opération de placement représente 10,3% du capital de la banque. La vente des actions se réalise dans le cadre d'une procédure de placement accéléré, à un cours compris entre 16 et 16,50 frans suisses, selon des sources marché.

UBS devra également payer au gouvernement suisse 1,8 milliard de francs suisses (1,18 milliard d'euros) d'intérêts qui auraient été dus en juin 2011, date limite prévue pour la conversion en action.