Le prix du gaz ne baisse pas

— 

Non seulement le prix du gaz n'a pas baissé le 1er octobre mais une hausse est à prévoir pour janvier 2010. Comme attendu, le gouvernement a tranché en faveur d'un maintien du tarif au grand dam des associations de consommateurs. D'autant qu'avec la taxe carbone, la facture de gaz des ménages français va augmenter. Même si elle est compensée.

Déjà au 1er juillet dernier, le gouvernement avait décidé de geler les prix du gaz alors même que le cours des hydrocarbures s'effondre depuis plusieurs mois. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), marché spécialisé en énergie, le prix du gaz naturel a chuté de 64,35% sur un an.

Compte tenu de cette diminution, les tarifs gaziers auraient donc dû diminuer de 3,6% le 1er octobre, selon la formule de calcul publiée en mars par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Les tarifs réglementés du gaz sont en effet actualisés tous les 3 mois, et doivent refléter l'évolution des prix des hydrocarbures sur les 6 derniers mois, avec un décalage d'un mois.

Or, depuis avril dernier, date de la dernière baisse du prix du gaz en France, les prix chutent sur les marchés mais pas sur la facture des particuliers.

Car pour le gouvernement, baisser les prix aujourd'hui reviendrait à devoir les augmenter le 1er janvier prochain, en raison de la reprise des cours du pétrole. Et pour éviter cette hausse impopulaire, les pouvoirs publics semblent préférer le statut quo. Ce que ne signifie pas que les tarifs n'augmenteront pas au 1er janvier 2010 puisque le pétrole remonte.