IBM veut tirer parti du plan de relance américain

— 

1.000 milliards de dollars, c'est le montant des dépenses de relance mises bout à bout par l'administration Obama. Cette dernière veut non seulement faire repartir l'économie, mais aussi réformer le système de santé, développer l'éducation et faire rentrer l'Amérique dans une ère de croissance durable et propre.

Le géant d'Armonk espère avoir sa part du gateau. Le cabinet d'études IDC estime que 21,1 milliards de dollars seront dévolus à l'amélioration du système d'information de santé, tandis que 77,6 milliards iront au développement des énergies propres et à une gestion plus efficace des réseaux d'énergie des Etats-Unis.

Pour Erich Clementi, responsable du cloud computing chez IBM, les 21,1 milliards de dollars prévus pour améliorer le système de santé ne constituent que le "sommet de l'iceberg".

IBM a récemment développé plusieurs offres pour permettre à ses clients de stocker leurs données dans des centres sécurisés et d'y accéder à distance.

Selon IDC, le marché du cloud computing devrait dépasser les 40 milliards de dollars d'ici 2012, près de triple par rapport à 2008. L'opportunité attire d'autres acteurs de l'industrie informatique, mais également de l'univers des télécommunications.

Cisco Systems, Hewlett-Packard cherchent à tirer parti de ce nouveau marché, ainsi que du développement des centres de données. Fin juillet, IBM a annoncé un accord de partenariat avec Juniper Networks anticipant une progression de la demande pour des offres complètes pour des centres de données, dont sont friants non seulement des groupes de l'Internet comme Google, mais également des acteurs de l'administration public, des services financiers ou de l'industrie.