La natalité française reste très vigoureuse

Thibaud Vadjoux

— 

Toujours championne de la natalité en Europe, la France a enregistré 828.400 naissances en 2008 dont 32.400 dans les départements d'outre-mer, selon la dernière estimation de l'Insee, parue lundi 24 août. Le nombre de naissances se situe quasiment au niveau du pic de 2006, année où il avait atteint un niveau jamais observé depuis 1981. Le taux de fécondité, établi à 2,02 enfants par femme en janvier, rapproche la France du seuil de renouvellement naturel des générations fixé à 2,07.

Impact économique

La forte natalité française qui permet aux générations futures de presque remplacer leurs aînés, est une bonne nouvelle pour l'économie à long terme. La croissance économique est clairement corrélée à la natalité. Une population dynamique et jeune fournit le marché de l'emploi, crée de l'activité et permet aussi de mieux financer le système de protection sociale.

La France fera en effet partie des pays européens qui s'en sortent le mieux pour faire face au vieillissement démographique. Le taux de dépendance des personnes âgées, c'est-à-dire le rapport entre les personnes de plus de 65 ans et la population active, était de 25,3% en France en 2008, soit environ 4 actifs pour un retraité. Il devrait s'élever à 45,2% d'ici à 2060, c'est-à-dire un plus de 2 actifs pour un retraité, selon les calculs d'Eurostat.

Dans les autres pays européens, le défi du vieillisement sera plus compliqué. Le taux moyen de dépendance des personnes âgées dans l'UE à 27 devrait passer de 25,4% à 53,5% entre 2008 et 2060. Et en Allemagne, ce taux va passer de 30 à 60%.

Champion européen

Dans l'Europe des 27, la France occupe toujours la première place du podium en termes de naissances. La taux de croissance natalité s'est établit à 1,2% cette année. Ce taux de croissance est le plus important dans l'Europe des 27 avec celui du Royaume-Uni, selon les statistiques d'Eurostat. La moyenne européenne se situe à environ 1,5 enfant par femme, plusieurs pays étant en-dessous comme l'Allemagne, l'Espagne, le Portugal, la Pologne.

La secrétaire d'Etat à la famille Nadine Morano s'est félicitée lundi dans un communiqué des "excellents résultats" de la natalité, estimant qu'il s'agissait du "résultat d'une politique familiale volontariste et ambitieuse". Mais l'ensemble des experts s'accordent pour dire que la forte natalité est liée à un ensemble diffus de facteurs économiques, sociaux et culturels sans qu'il soit possible de l'attribuer à une cause précise. Contre exemple manifeste: aux Etats-Unis où la politique familiale reste limitée par rapport à la France, la natalité demeure élevée.