Areva annonce un nouveau surcoût pour l'EPR finlandais

E24 avec AFP

— 

Le groupe nucléaire français Areva a annoncé vendredi un nouveau surcoût pour la construction du réacteur de troisième génération EPR en Finlande, ce qui entraînera une baisse de ses bénéfices en 2008. Parallèlement, Areva a annoncé avoir lancé une procédure d'arbitrage à l'encontre de son partenaire finlandais, le groupe d'énergie TVO, dont le groupe français a fustigé "le mode de fonctionnement".

Dans un communiqué, Areva a fait part de "la constitution d’une provision complémentaire au second semestre au titre du chantier finlandais OL3". Comme à son habitude, il n'a pas dévoilé le montant de ce surcoût, qui constitue un nouveau coup dur pour ce chantier géant, déjà retardé à de multiples reprises, et dont la facture totale ne cesse d'augmenter. Fin août, Areva avait annoncé une "provision" qui aurait déjà plombé le coût total du chantier de 50%, à 4,5 milliards d'euros contre 3 milliards prévu initialement, selon des informations de presse.

Areva a fait valoir vendredi que TVO, son partenaire sur ce chantier, "n’a pas mis en oeuvre de manière satisfaisante les mesures d’accélération décidées et annoncées de concert en juin 2008". Il a fustigé notamment "la lenteur de transmission des documents techniques à l’Autorité de sûreté finlandaise (STUK) par TVO". "Seul un changement majeur du mode de fonctionnement de TVO permettra de figer un calendrier de projet", a averti Areva. "Le déroulé des chantiers EPR de Flamanville 3 (France) et Taïshan (Chine) montre la singularité du fonctionnement de TVO", a-t-il insisté.

Dans ces conditions, "une procédure d’arbitrage, au titre des retards causés par TVO, a été lancée le 5 décembre" par le consortium formé par Areva et son partenaire allemand Siemens, a-t-il annoncé. Le groupe français, qui accuse TVO depuis plusieurs mois d'être responsable des retards, avait déjà lancé en août une procédure d'arbitrage à son encontre, mais celle-ci ne portait que sur "un élément précis du début du chantier". La procédure annoncée vendredi est plus large. Elle "doit permettre de déterminer les responsabilités des partenaires face aux délais supplémentaires constatés dans l’avancée des travaux", a précisé un porte-parole d'Areva à l'AFP.

Le nouveau surcoût annoncé vendredi va plomber le résultat opérationnel 2008, qui "devrait s’inscrire en baisse par rapport à l’exercice 2007", a par ailleurs prévenu Areva, qui visait jusqu'à présent une hausse "limitée" de ce résultat. La baisse du résultat opérationnel est aussi liée, a-t-il précisé, à "la suspension de l'activité de négoce d’uranium au regard des prix", qui ont baissé récemment.

Areva a par ailleurs indiqué attendre pour l'ensemble de l'exercice une progression de son chiffre d'affaires "de l'ordre de 10%" et de son carnet de commandes de 20%. TVO et Areva avaient prévenu mi-octobre que le chantier de l'EPR finlandais, le premier au monde de ce type, pourrait être encore retardée à 2012, avec plus de deux ans de retard. Areva avait alors précisé que pour accélérer le chantier, TVO s’était "engagé à valider les documents transmis par le consortium vers l’Autorité de Sûreté finlandaise en deux mois", contre une moyenne d'"environ 9 mois". Celle-ci dure actuellement "plus de 12 mois", a souligné Areva vendredi.