Nouveau soutien étatique aux banques belges?

E24 avec AFP

— 

Les difficultés persistantes des banques belges pourraient amener l'Etat belge à injecter à nouveau des liquidités dans le système. Le ministre belge des Finances, Didier Reynders, a en effet indiqué mardi 20 janvier à l'agence Belga qu'il envisage un "deuxième tour bancaire" pour venir à nouveau en aide au secteur. Le dirigeant compte soumettre la question mercredi 21 janvier lors d'un comité ministériel restreint.

"Il faut qu'on s'y prenne suffisamment tôt pour éviter cette fois de devoir à nouveau sauver une banque en l'espace d'une nuit", a-t-il souligné, en référence aux longues négociations nécessaires pour les sauvetages successifs de Fortis, Dexia et KBC en septembre et octobre dernier. "Je veux en tout cas éviter une intervention au cas par cas. On doit s'y prendre à l'avance, d'autant qu'on a l'expérience du premier tour" de sauvetage bancaire, a-t-il ajouté. "Vingt milliards avaient été dégagés pour la première intervention. Je n'ai pas d'idée pour la seconde vague. La Grande-Bretagne vient, elle, de mobiliser 100 milliards pour sauver ses propres banques", a conclu le dirigeant.

Ces propos interviennent alors que KBC est en difficulté. Jugée encore solide il y a quelques mois, la dernière banque belge à avoir accepter une aide de l'Etat a vu sa santé financière se dégrader. L'action de l'établissement, qui prévoyait en décembre dernier perte trimestrielle de 900 millions d'euros, a clôturé mardi sur un plongeon de 23,71% à 9,75 euros, après s'être déjà effondré de 21,57% vendredi et de 20,12% lundi.

Le système bancaire européen apparaît de plus en plus fragile. Alors que l'Etat fédéral est omniprésent dans la recomposition du secteur bancaire allemand, le gouvernement britannique a dévoilé lundi 19 janvier un nouveau plan de soutien des banques du pays visant à relancer les prêts en les garantissant.