France Télévisions réduit ses pertes

CV

— 

Lors d'une audition devant la commission des Finances du Sénat mardi 6 octobre dernier, Patrick de Carolis, président de France Télévisions, s'est félicité du fait que son groupe "flirterait avec l'équilibre sans doute dès cette année. C'est surprenant puisque dans un entretien accordé lundi à La Tribune, il annonçait un déficit de 67,8 millions d'euros en 2009. C'est loin de la perte de 137 millions de 2008 mais c'est aussi relativement loin de l'équilibre.

"Nous sommes en avance sur le plan d'affaires 2009-2012", le volet financier du contrat d'objectifs et de moyens avec l'Etat, qui prévoit un équilibre budgétaire opérationnel en 2011 et un équilibre net en 2012, a plaidé le patron de France Télévisions devant le Sénat. Il a néanmoins prévu une année 2010 "extrêmement difficile" et a affirmé que tout serait mis en oeuvre pour que l'équilibre opérationnel soit "au rendez-vous" de 2011.

360 millions de synergies

Le montant des "synergies" découlant de la transformation du groupe en entreprise unique doit s'élever à 360 millions d'euros sur quatre ans. "La réforme se déroule dans un climat studieux et respectueux", a assuré le patron du groupe de 11.000 salariés.

Interrogé par les sénateurs sur le surplus publicitaire, le président de France Télévisions a indiqué que l'"Etat souhaitait initialement prélever la totalité" des 105 millions d'euros engrangés par le groupe public privé de publicité après 20 heures. "Je souhaitais consacrer toute cette somme à la diminution de notre dette", a-t-il fait savoir.

Il a finalement "obtenu que les 70 millions initialement prévus puissent être conservés par le groupe de façon à réduire (le) déficit (-135 millions d'euros)". L'Etat prélèvera donc 35 millions "pour solde de tout compte" avait-il indiqué à La Tribune de lundi. L'enveloppe allouée par l'Etat pour compenser le manque à gagner publicitaire sera de 415 millions d'euros au lieu des 450 millions prévus.

Le Budget 2010 prévoit au total 458 millions pour France Télévisions.

Le directeur des antennes Patrice Duhamel a soutenu que les chaînes privées, qui ont comme

TF1 et M6 saffirmé que l'effet d'aubaine de l'arrêt de la publicité n'avait pas eu lieu
, avaient au contraire "profité de l'arrêt de la publicité".

Audience vieillissante

Les dirigeants du groupe ont enfin mis en avant la "qualité" des programmes. "Au cours des six derniers mois de 2009, plus de deux programmes culturels par jour ont été diffusés en première partie de soirée. Nous avons donc doublé l'engagement inscrit dans le COM qui était d'une soirée par semaine", a fait valoir M. de Carolis.

Interrogé sur le "vieillissement" de l'audience du service public, M. Duhamel a reconnu les "difficultés" à rajeunir le public tout en augmentant les programmes culturels, mais a souligné que le documentaire Apocalypse sur la Seconde guerre mondiale avait attiré de nombreux jeunes.

Il a enfin souligné qu'il n'y avait "jamais eu autant de grandes émissions politiques qu'aujourd'hui" en référence aux reproches de Nicolas Sarkozy à l'encontre d'Arlette Chabot.