Vers un rebond durable du marché américain?

J. Bx avec AFP

— 

Les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont rebondi en février, grâce aux prix très bas désormais pratiqués sur certains marchés, selon les chiffres publiés lundi 23 mars par l'Association nationale des agents immobiliers (NAR). Les reventes ont augmenté de 5,1% par rapport à janvier, pour atteindre 4,72 millions en rythme annuel, après une baisse de 5,3% en janvier. Le chiffre a surpris les analystes, qui s'attendaient à un deuxième mois consécutif de recul des reventes.

Le nombre de transactions reste néanmoins en retrait de 4,6% par rapport à un an plus tôt, a indiqué la NAR qui a précisé que "l'activité reste relativement molle, reflétant l'augmentation des licenciements et la prudence des acheteurs, qui attendent que les aides à l'immobilier contenues dans le plan de relance entrent en vigueur".

Ces chiffres ont néanmoins rassuré les marchés, déjà portés par les détails du plan Geithner destiné à nettoyer le bilan des banques américaines. Wall Street gagne plus de 5% vers 20h, heure française, tandis que le Cac 40 a clôturé en hausse de 2,8%.

"Depuis 4 mois, le niveau de ces reventes évolue en dents de scie à un niveau très bas mais autour d'une tendance horizontale. Cela peut peut-être caractériser une approche du point bas alors que le prix à reculé de 34 % par rapport au point haut (hors inflation) et que les stocks de maisons plafonnent (9,7 mois)", explique Philippe Waechter, directeur de la recherche économique à Natixis Asset Management.

"Cette hausse compense la chute de janvier et remet les ventes au niveau qui était le leur en moyenne au quatrième trimestre (...) Nous pensons qu'il y a une bonne chance que l'effondrement de l'activité après la faillite de Lehman Brothers soit fini", a déclaré à l'AFP Ian Shepherdson, de High Frequency Economics.

Les chiffres de la NAR ont notamment révélé qu'il y avait de bonnes affaires à faire. Le prix médian des transactions a continué sa chute, reculant en février de 2,9% par rapport au mois précédent et de 15,5% en glissement annuel, pour tomber à 165.400 dollars. En cause, les ventes à prix cassé (enchères, saisie, ou propriétaire en difficulté) ont représenté 40 à 45% des transactions, ce qui tire vers les prix vers le bas.

Ce rebond doit cependant être relativisé. Le nombre de logements anciens disponibles (+5,2%) est remonté plus vite que les ventes, ce qui a contribué à augmenter les stocks. Il faudrait 9,7 mois pour écouler le stock au rythme actuel, contre seulement 9,4 mois en janvier.