Unicredit appelle à l'aide

J.J. avec agences

— 

Appel au secours d'Unicredit. La deuxième plus grosse banque italienne a dégagé un résultat net de 4,02 milliards d'euros l'an dernier, en recul de 32% par rapport à l'exercice précédent et de 57% au cours du seul quatrième trimestre 2008. Confrontée à la

détérioration de la conjoncture
en Italie et dans les pays émergents d'Europe centrale et orientale, où elle est très présente, Unicredit indique qu'elle cherche à renforcer ses fonds propres à hauteur de 4 milliards d'euros, somme qu'elle espère obtenir auprès du gouvernement italien.

Unicredit affiche une capitalisation boursière d'environ 14 milliards d'euros. Son cours de Bourse a chuté de 40% depuis le début de l'année. Face à la baisse des résultats, qui s'explique surtout par des dépréciations d'actifs financiers dans son bilan, les dirigeants d'Unicredit annoncent qu'ils ne percevront pas de bonus.

Le ratio de solvabilité "Tier 1", un des critères clefs pour mesurer la solidité bilantielle d'une banque, est ressorti à 6,5% à fin décembre 2008, alors que la banque s'était fixée un objectif de 6,7% en octobre dernier. A l'époque, Unicredit avait annoncé

un plan
pour renforcer ses fonds propres à hauteur de 6,6 milliards d'euros. Ce plan prévoit également le gel des ouvertures d'agences dans les pays d'Europe centrale et orientale, plus de 900 suppressions de postes dans ses activités de banque de financement et d'investissement. La banque a lancé une augmentation de capital de 3 milliards d'euros et a annulé toute distribution de dividende au titre de 2008.