Un fonds anti-crise en Asie avant fin 2009

J. Bx

— 

L'unité face à la crise. Les ministres des Finances de 13 pays asiatiques ont convenu dimanche 3 mai de mettre en place avant la fin 2009 un fonds d'urgence en devises d'un montant de 120 milliards de dollars pour aider les pays membres cas de crise.

"Nous sommes heureux d'annoncer que nous (...) nous avons décidé de mettre en place le fonds avant la fin de l'année", indique un communiqué ministériel publié lors de l'assemblée générale annuelle de la Banque Asiatique de Développement, qui se tient à Bali du 2 au 5 mai.

Ce fonds d'un montant total de 120 milliards de dollars avait été décidé dans le cadre de l'initiative dite de "Chiang Mai" (du nom d'une ville du Nord de la Thaïlande) après la crise asiatique de 1997-1998. Les pays de la région avaient alors établi des accords d'échanges de devises pour défendre leurs monnaies en cas de nouvelle crise.

Libellé en devises étrangères, ce fonds multilatéral fonctionnerait comme une ligne de crédit d'urgence pour les membres de l'Association des nations du sud-est asiatique (ASEAN), qui compte la Birmanie, Brunei, le Cambodge, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam. Il serait alimenté principalement par la Chine, le Japon et la Corée du Sud, trois partenaires-clef du groupement régional.

Le Japon et la Chine contribueront chacun à hauteur de 38,4 milliards de dollars tandis que la Corée du Sud allouera 19,2 milliards. "L'idée fondamentale étant que le Japon, la Chine et la Corée du Sud coopèrent pour offrir leur soutien aux pays de l'ASEAN", a déclaré dimanche 3 mai le ministre des Finances japonais, Kaoru Yosano. Les autres contributeurs les plus importants seront l'Indonésie, Singapour, la Thaïlande et la Malaisie qui ont accepté de débourser chacun 4,77 milliards de dollars.