Washington envisage de démanteler AIG

Julien Beauvieux avec AFP

— 

L'ancien géant de l'assurance AIG et les autorités américaines sont en "discussions avancées" sur une restructuration qui pourrait aboutir à la scission de la société en trois divisions contrôlées par l'Etat, selon le Financial Times.

AIG a déclaré travailler au quotidien "avec la Fed afin d'évaluer d'éventuelles nouvelles alternatives destinées à faire face à ses défis financiers". L'assureur, en grande difficulté, a déjà été renfloué en septembre 2008 par l'Etat fédéral à hauteur de 150 milliards de dollars, en échange d'une prise de participation de 79,9%. Le nouveau plan supposerait que le gouvernement échange sa participation actuelle contre des parts importantes dans trois entités: American International Assurance (les opérations d'AIG en Asie, ndlr), l'activité d'assurance vie internationale et la division d'assurance aux particuliers aux Etats-Unis.

En retour, les autorités publiques assoupliraient, voire annuleraient, l'emprunt de 60 milliards de dollars contracté par AIG auprès de la Fed et convertiraient 40 milliards d'actions préférentielles en actions ordinaires acquises par le Trésor dans le cadre du plan Paulson. AIG pourrait annoncer ce projet de restructuration lundi 2 mars, à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels, selon les sources citées par le Financial Times.

L'assureur américain devrait enregistrer une perte colossale de 60 milliards de dollars au quatrième trimestre 2008, selon la presse américaine, après avoir un déficit de 24 milliards de dollars au troisième trimestre. Initialement, AIG devait rembourser les aides de l'Etat en cédant plusieurs dizaines de milliards de dollars d'actifs. Selon le New York Times, le groupe aurait notamment reçu une proposition de 11 milliards de dollars de la part de son concurrent MetLife pour acquérir sa filiale d'assurance-vie Alico.

Mais la morosité du secteur de l'assurance rend très difficile les opérations. American International Assurance a été mis en vente l'an dernier via un processus d'enchères, avec une date limite fixée à vendredi 27 février. Mais "un certain nombre de candidats potentiels ont jeté l'éponge", parmi lesquels AXA et le groupe financier de Hong Kong HSBC, rapportait le Wall Street Journal. Seul China Life Insurance Group est encore en discussion avec l'assureur américain, "mais il n'y a aucun résultat pour l'instant", ajoute un responsable chinois interrogé par le quotidien. La cession de 50% pourrait rapporter plus de 20 milliards de dollars, selon le journal.

La nouvelle restructuration envisagée vise à palier l'échec de ces discussions, l'Etat se positionnant en repreneur de dernier ressort. L'opération pourrait aboutir à une scission contrôlée mettant fin à l'existence actuelle d'AIG, selon le Financial Times, qui cite des sources proches de la situation. Pour récupérer l'argent du contribuable, l'Etat américain serait en effet amené à terme à revendre chacune des branches, ou à les introduire en Bourse.