L'ex-patron d'AIG bientôt poursuivi par la SEC

J. Bx avec agences

— 

Maurice “Hank” Greenberg, qui a dirigé l'assureur américain AIG pendant 38 ans jusqu'à son éviction à la suite de soupçons de fraude comptable, pourrait être poursuivi en justice par les régulateurs américains, selon des sources proches du dossier citées par l'agence Bloomberg.

Après quatre années d'enquête, le gendarme boursier américain, la SEC pourrait déposer dès aujourd'hui une plainte au civil contre Greenberg. Un porte-parole de la SEC, à Washington, a refusé de faire un commentaire, tout comme celui de l'ancien patron d'AIG.

Selon une information publiée dans l'après-midi sur le site du Wall Street Journal, Maurice Greenberg serait prêt à payer 15 millions de dollars pour que la SEC abandonne ses poursuites.

Cette affaire remonte au milieu des années 2000. En 2005, Maurice Greenberg est déposé de ses fonctions par son conseil d'administration, alors que le procureur de l'Etat de New-York de l'époque, Eliot Spitzer, mène une enquête sur l'activité de réassurance d'AIG pour fraude comptable. La SEC déposa finalement une plainte contre l'assureur en 2006.

Berkshire Hathaway

Parmi les éléments du dossier figuraient des opérations de réassurance avec General Re, une société contrôlée par la holding de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, qui avaient gonflé les réserves d'AIG de 500 millions de dollars en 2000 et 2001. La compagnie diminua finalement ses comptes de 3,4 milliards de bénéfices et paya en 2006 plus de 1,6 milliard pour que les plaintes pour tromperie soient abandonnées.

Bien que jugé non coupable dans cette affaire, Maurice Greenberg contesta à titre personnel la justesse de ces plaintes et la nécessité de l'ajustement comptable. Il fut finalement poursuivi par Eliot Spitzer deux mois après son départ d'AIG, en mai 2005. L'ex-patron était accusé d'avoir ordonné des opérations irrégulières pour cacher des pertes et gonfler les réserves de l'assureur. Depuis 2007, le remplaçant d'Eliot Spitzer, Andrew Cuomo, a repris l'instruction de ce dossier.