France Télécom: une épine en moins

Jocelyn Jovène

— 

France Télécom a trouvé le moyen de se retirer une épine du pied à bon compte, en annonçant des négociations exclusives pour apporter sa filiale Orange UK à une coentreprise avec Deutsche Telekom, qui apportera sa filiale T-Mobile UK.

L'opération a deux avantages immédiats. Le premier est qu'elle offre à France Télécom/Orange, la possibilité de participer à la consolidation du marché britannique de la téléphonie mobile, considéré comme l'un des plus concurrentiel, sans bourse délier. La deuxième est qu'elle sera très rapidement relutive sur les marges et la génération de cash du groupe. France Télécom avance un gain de 2,1% dès 2010 et une relution dès 2011. Elle atteindra 4% en 2014.

La nouvelle entité, qui réalisera un chiffre d'affaires de 9,6 milliards d'euros et dégagera une marge brute opérationnelle de 2,1 milliards d'euros et un cash-flow organique de 1,25 milliard d'euros, sera le premier opérateur du Royaume-Uni avec 28,4 millions de clients et une part de marché de 37%, loin devant O2 (28%) et Vodafone (23%).

Dans le même temps, la JV sera comptabilisée par France Télécom en mise en équivalence et déconsolidée ce qui se traduit sur la base des comptes pro forma 2008 par une amélioration mécanique du taux de marge brute d'exploitation de 230 points de base et par une diminution de la dette de 800 millions d'euros.

Gervais Pellissier, le directeur financier de France Télécom, a même estimé qu'il s'agissait de la meilleure solution car l'entité sera gérée par une équipe locale et parce que les deux partenaires ont très peu de sources de conflits hors du marché britannique.

A plus long terme, l'accord devrait permettre à France Télécom de se concentrer sur le marché français qui va devenir de plus en plus concurrentiel tant dans le mobile avec l'arrivée d'un quatrième opérateur que dans le haut débit. France Télécom pourra aussi réallouer ses ressources financières pour chercher des relais de croissance sur les marchés émergents, même si cette voie semble coûteuse ou difficile (cas de l'Egypte)

Les deux opérateurs devraient officialiser un accord fin octobre, après une phase d'audit. Restera le feu vert des autorités de la concurrence britannique et européenne. Le marché se réjouit de l'accord signé. Mardi, l'action France Télécom gagnait 2,5% à 18,57 euros, Deutsche Telekom prenant 2% à 9,64 euros.