Bruxelles pour une quatrième licence mobile

E.M. avec Reuters

— 

Bruxelles s'est prononcé en faveur d'une quatrième licence mobile en France, pour une concurrence efficace sur les marchés des télécommunications, a déclaré aujourd'hui un porte-parole de la Commission européenne.

Ces déclarations font suite à celles de Nicolas Sarkozy mercredi qui a indiqué être "sceptique et réservé" sur le choix d'un quatrième opérateur de téléphonie mobile.

"La Commission s'est prononcée à plusieurs reprises en faveur de cette idée de quatrième licence mais évidemment les détails sont dans les mains des autorités nationales et on attend les décisions qui vont être prises. La Commission suivra ça de très près", a précisé le porte-parole de la commissaire en charge de la Société de l'information, Viviane Reding.

L'Arcep, le régulateur des télécommunications, a lancé le 1er août dernier un appel d'offres pour l'attribution d'une quatrième licence mobile de troisième génération (3G), pour un prix fixé à 240 millions d'euros. Un précédent appel d'offres avait échoué en 2007.

Orange (France Télécom) a déjà annoncé qu'il saisirait Bruxelles pour contester le prix, jugé trop bas. Une procédure que SFR a également décidé d'engager, tandis que Bouygues Telecom réfléchit aussi à un recours.