Arkema ne voit pas de sortie de crise en 2009

E24 avec AFP

— 

Arkema tombe dans le rouge. Le groupe chimique a annoncé jeudi 5 mars un repli de son bénéfice net en 2008, après être tombé dans le rouge au dernier trimestre, et a prévenu que la situation ne s'améliorait pas sur le début de 2009.

Son bénéfice net a reculé de 18% l'an dernier à 100 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires en baisse de 0,7% à 5,63 milliards d'euros. L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) a reculé de 3,9% à 498 millions, faisant ressortir une marge de 8,8%, conformément à la prévision du groupe abaissée en décembre.

Arkema pointe une "chute sans précédent de la demande au quatrième trimestre". Cela s'est traduit par une perte nette de 72 millions d'euros pour des ventes en repli de 10,3%. "Les conditions de marché ne montrent aucune amélioration en début d'année", relève Arkema, qui ne fait pas de prévision pour l'exercice en cours. "Il n'y aura pas de sortie de crise en 2009, c'est sûr", a affirmé le PDG du groupe, Thierry Le Hénaff, interrogé sur la radio BFM.

Sur le premier trimestre, le groupe prévoit de souffrir encore "des déstockages opérés par certains clients", tandis que lui-même devra écouler des stocks constitués en 2008 quand le prix des matières premières était élevé. Le groupe compte en priorité gérer sa trésorerie et "préserver sa structure financière". Il va notamment réduire de "près de 20%" ses dépenses d'investissements, à 270 millions d'euros.

Souffrant de la baisse d'activité de ses clients, comme les secteurs automobile et électronique, Arkema a réduit la production de ses usines sur la fin de l'année 2008. Au regard du recul de ses bénéfices, Arkema propose de réduire son dividende à 60 centimes par action, contre 75 centimes versés au titre de 2007. L'autre grand groupe chimique français, Rhodia, a renoncé de son côté à verser un dividende.