Morgan Stanley presse Mitsubishi UFJ Financial d'entrer dans son capital

E24 avec AFP

— 

La banque américaine Morgan Stanley tentait dimanche soir d'arracher au groupe bancaire japonais Mitsubishi UFJ Financial la confirmation de son engagement à racheter 21% de son capital pour 9 milliards de dollars, selon le site internet du New York Times. Les négociations entre les deux groupes sont jugées capitales pour les marchés financiers, dans la mesure où elles risquent ni plus ni moins de décider de l'avenir de Morgan Stanley. Des membres du ministère du Trésor américain et du gouvernement japonais participent aux discussions.

"La réalisation d'un accord pourrait permettre d'aider à calmer les marchés dans le monde entier, après la chute que ceux-ci ont connue au cours de la semaine à cause de craintes croissantes concernant le sort d'institutions financières comme Morgan Stanley", écrit le New York Times. Car les investisseurs pourraient y voir un signe de confiance dans l'avenir de la banque.

Morgan Stanley est avec Goldman Sachs l'une des deux dernières banques d'affaires de Wall Street à ne pas avoir été rachetées ou à avoir déposé le bilan. Mais sa situation est précaire, et, comme Goldman Sachs, elle a renoncé récemment à son statut de banque d'affaires pour pouvoir se refinancer auprès de la Réserve fédérale américaine (Fed) comme les autres banques commerciales.

Première banque japonaise, Mitsubishi UFJ Financial Group avait annoncé fin septembre venir au secours de Morgan Stanley en offrant neuf milliards de dollars pour 21% du capital de la banque américaine.

L'accord doit être réalisé le 14 octobre. Mais selon le New York Times, Mitsubishi chercherait à obtenir des conditions plus favorables, arguant que Morgan Stanley a perdu près de la moitié de sa valeur en Bourse au cours du krach de la semaine passée, pour ne plus valoir que 10,74 milliards de dollars au cours de clôture de l'action de vendredi soir.

Selon le journal, les deux banques négocient depuis le début du week-end et espèrent pouvoir confirmer cette semaine l'engagement de Mitsubishi.

Le New York Times indique que selon les discussions en cours, Mitsubishi achèterait toujours 21% du capital de Morgan Stanley, mais voudrait obtenir uniquement des actions préférentielles rapportant un dividende annuel de 10%. La banque japonaise et les autorités de Tokyo cherchent aussi à s'assurer qu'en cas d'entrée de l'Etat fédéral américain au capital de Morgan Stanley, les porteurs d'actions préférentielles ne se retrouvent pas lésés.

Le secrétaire du Trésor américain Henry Paulson a annoncé vendredi que l'Etat fédéral pourrait finalement décider d'entrer dans le capital de banques en difficultés. Mais selon le New York Times, le Trésor n'envisagerait pas pour l'instant d'agir de la sorte pour Morgan Stanley.