Anglo American se déleste de 19.000 postes

E24 avec AFP

— 

Le groupe minier diversifié britannique Anglo American, a annoncé vendredi 20 février qu'il allait supprimer 19.000 postes d'ici la fin de l'année, soit environ 10% de ses effectifs mondiaux, dans le cadre d'un plan d'économies, après avoir vu ses bénéfices chuter de 29% l'an dernier. Dans un communiqué, le groupe a rappelé qu'il avait déjà annoncé en décembre la division par deux du montant de son programme d'investissement pour 2009, à 4,5 milliards de dollars, au vu du retournement brutal du marché mondial des matières premières, les cours des métaux et autres produits ayant chuté ces derniers mois au fur et à mesure que l'économie planétaire s'enfonçait dans la crise.

En plus de cette réduction de ses investissements, Anglo American a ajouté qu'il comptait économiser 2 milliards par an sur ses dépenses de fonctionnement d'ici 2011, et qu'il allait réduire ses effectifs de 19.000 personnes d'ici la fin de cette année, "en ligne avec ses nouveaux plans de développement". Ces réductions de postes seront obtenues "principalement grâce à une combinaison entre les départs naturels, la réduction des contrats temporaires et des licenciements", a-t-il précisé.

Anglo American est l'un des premiers producteurs mondiaux de matières premières, et l'un des plus diversifiés. Il produit à la fois du platine, des diamants (via sa participation de 45% dans le groupe De Beers), du charbon, des métaux de base (cuivre, zinc, nickel...) et des minéraux industriels.

Comme le rappelle le groupe, l'exercice 2008 a été très contrasté, entre un premier semestre où les cours des matières premières battaient records sur records, et un second semestre marqué par une violente dégringolade, qui a poussé de nombreuses mines dans le monde à réduire ou interrompre leur production. Sur l'année écoulée, le chiffre d'affaires d'Anglo American est du coup ressorti en baisse de 7,6% à 32,964 milliards de dollars. Le bénéfice opérationnel a quant à lui stagné (-0,3% à 10,085 milliards), et le bénéfice net part du groupe a chuté de 29 à 5,215 milliards.

A la Bourse de Londres, le titre dégringole. Vers 10h, le cours perdait plus de 10%.