PPR, un groupe bi-polaire

Guillaume Guichard

— 

Dans le groupe Pinault, il y a les paillettes… et les rayonnages. PPR compte pour l'instant deux activités principales: le luxe (Gucci, Boucheron,…) et la distribution (Fnac et Conforama). François-Henri Pinault, PDG du groupe, a confirmé ce mardi au Wall Street Journal son intention de redessiner le portefeuille d'activité du groupe. L'idée est de se focaliser sur des marques de dimension mondiale dans le luxe et l'équipement de la personne.

Distribution et luxe sont aujourd'hui relativement complémentaires. Le luxe, très rentable, reste sensible à la conjoncture. Gucci Group, par exemple, contribuait en 2008 à hauteur de 17% environ du chiffre d'affaires tout en représentant 42% du résultat opérationnel courant du groupe.

Bonne résistance

En comparaison, l'activité distribution présente deux avantages. D'abord, elle est plus résistante à la conjoncture. La Fnac, par exemple, a bien résisté au troisième trimestre, son chiffre d'affaires augmentant de 0,5% au troisième trimestre, à 977 millions d'euros. Ensuite, la distribution génère beaucoup de trésorerie.

Explications. Lorsque vous achetez un ordinateur à la Fnac, vous le payez dans un délai court. La plupart du temps vous réglez comptant, à la caisse. En revanche, le magasin ne paye son fournisseur informatique qu'à terme (60 jours selon la nouvelle réglementation française). Entre l'achat effectif du PC et le paiement du fournisseur s'écoule un laps de temps déterminé pendant lequel l'argent que vous avez payé à la Fnac reste… sur les comptes de la Fnac.

Peu de perspectives

Problème, selon François-Henri Pinault, les marques de distribution Fnac et Conforama offrent peu de perspectives de croissance. Ce sont des enseignes locales qu'il serait très coûteux d'implanter hors de France. "Nous avons une grande faiblesse: nos marques de distribution", a expliqué le dirigeant au Wall Street Journal. "Il est très difficile de développer rapidement cette activité à l'international".

Reste qu'avec la vente de la Fnac, de Conforama et de Redcats, PPR abandonne une activité représentant la moitié de ses 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires. "A ce stade, aucun projet de vente n'a été engagé", rappelle une porte-parole du groupe. Tout l'enjeu pour le groupe sera de remplacer ces enseignes par des activités très rentables et/ou peu cycliques, sans y perdre au change.