Les Français consomment moins de bières

Anne-Sophie Galliano

— 

Les Français sont en passe de devenir parmi les plus faibles consommateurs de bière d'Europe. Ce n'est pas une inquiétude de la profession mais bien une réalité. Les campagnes anti-alcool du gouvernement, ainsi que les dernières lois pour limiter la consommation d'alcool, ont raison de ce breuvage à base de houblon. Les Français boivent 30,6 litres de bière par habitant contre 124 litres par habitant en Irlande, et 121 pour les Allemands, selon Xerfi.

Les producteurs purement français, comme les Brasseries Meteor ou les Brasseurs de Gayant (bière la Goudale ou la Divine notamment), ont du mal à survivre, d'autant que les producteurs étrangers ont afflué sur le marché français. Les trois géants que sont InBev, Heineken et Carlsberg détiennent 80% de l'approvisionnement du marché français. Ces géants ne sont pas restés les bras croisés face à la chute de la consommation depuis trois ans. Ils ont misé sur de nouveaux produits, les bières aux fruits, à la téquila ou encore à la vodka, pour attirer de nouveaux consommateurs. Une diversification qui a fonctionné. Les bières spéciales et de spécialités représentent respectivement 24,8% et 20,9% des volumes achetés et sont les seuls segments en croissance. Une vague sur laquelle surfe les producteurs régionaux, comme ceux de la Gâtine, dans le Sud de l'Essonne.

Néanmoins, les producteurs ne sont font pas d'illusion. La consommation de bière ne reprendra pas cette année. Selon les chiffres de Xerfi, elle va encore baisser de 2,8% en 2009.

La France n'est pas le seul pays à délaisser la bière. Au Royaume-Uni, les pubs souffrent de la baisse de la consommation des Anglais. Et SAB Miller, le producteur de la blonde Grolsch notamment, a publié une baisse de 2% de ses volumes au quatrième trimestre. "Les conditions économique se sont détériorées au deuxième semestre et la demande des consommateurs a chuté sur la plupart des marchés", a expliqué le brasseur.

Cette chute généralisée de la demande a poussé le secteur à la consolidation ces dernières années. La fusion la plus emblématique a été celle d'AmBev, le belgio-brésilien, et du leader américain Anheuser-Busch en 2008, qui a donné naissance au numéro un mondial. De leur côté, l'année dernière, Heineken et Carlsberg se sont associés pour racheter le britannique Scottish & Newcastle propriétaire de la Kronenbourg si populaire sur le marché français.