Le tourisme stable

E24 avec AFP

— 

Mickey et Astérix sourient. Les parcs de loisirs semblent épargnés par la morosité ambiante. Disneyland Paris, le parc Astérix et les autres grands parcs de loisirs ont, en effet, connu une très bonne année, après plusieurs de difficultés. Voilà, pourquoi le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme Hervé Novelli a choisi le lieu emblématique de Disneyland pour présenter, jeudi 30 octobre, le bilan du tourisme estival et les perspectives pour l'automne. Le message se voulait rassurant. L'industrie du tourisme en France est "relativement épargnée par la crise économique", selon Hervé Novelli. Cet été, l'activité touristique a été "stable" par rapport à l'été 2007 et les premières estimations de fréquentations pour la Toussaint et les premiers indicateurs des stations de ski "indiquent une bonne conjoncture pour l'hiver", indique ce bilan.

Vive le camping

Les activités touristiques ont progressé de 0,2% en juillet, de 0,4% en août mais ont reculé de 0,8% en septembre, selon ce bilan qui note que l'été 2007 était "bon". S'agissant de cette baisse de septembre, elle est à mettre en perspective avec septembre 2007 qui avait été dopé par la coupe du monde de rugby et une météo favorable. L'hôtellerie de plein air a dopé l'activité estivale, avec une hausse de 1,3% en juillet comme en août. Le discours rassure, certains détails moins.

Grimaces

Les hôtels ont, eux, vu leur fréquentation reculer de 2% au mois d'août, après un mois de juillet stable. Les étrangers étaient moins nombreux cet été dans les hôtels, comme dans les campings. Les locations meublées ont elles aussi pâti, elles présentent une baisse entre -0,5% et -1,5%. Les restaurateurs sont bien les professionnels les moins satisfaits de la saison: 53% déclarent un niveau d'activité en baisse.

Les entreprises freinent

Les vacances de la Toussaint "se présentent bien", est-il encore indiqué dans le bilan du ministère. "Beaucoup de voyages ont été réservés avant le déclenchement de la crise financière et très peu ont été annulés ensuite", est-il précisé. La crise financière a cependant "un effet direct sur les départs". Les voyages d'affaires et les rencontres professionnelles sont les plus "touchés", "les entreprises réduisant fortement le déplacement de leur personnel, par anticipation des difficultés à venir", pointe le bilan. Les PME privilégient les voyages en train ou à bas prix.

Pour 2009, une baisse du nombre de séjours, des courts séjours en particulier, et "des baisses de dépenses", sont également à craindre. Pour la saison de sports d'hiver, les premières informations recueillies auprès des 15 plus grandes stations de ski montrent une stabilité, voire une légère progression, détaille encore le bilan citant des données de France Montagne.

Certains marchés ne semblent quasiment pas touchés par la crise, à court terme, notamment pour ce qui est des voyages vers la France, soit du fait de leur proximité (Belgique, Italie, Pays-Bas, Suisse), soit parce que les réservations d'hiver ont déjà été effectuées (Russie, Brésil). Les départs vers les longs courriers au départ de l'Europe risquent d'être les plus touchés.